in

Des chercheurs identifient un type de cellule qui “endort” le cancer

Crédits : iStock

Une récente étude nous révèle que certaines cellules du système immunitaire peuvent maintenir les cellules cancéreuses “en sommeil”. Des résultats prometteurs qui pourraient permettre d’améliorer les immunothérapies anticancéreuses existantes.

Depuis 2004, c’est la première cause de mortalité prématurée dans notre pays. Pour l’année 2017, on estime par ailleurs à 400 000 le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine. Les recherches pour lutter contre la maladie se poursuivent, et beaucoup se concentrent aujourd’hui sur les moyens de détruire les cellules cancéreuses. Une équipe de chercheurs australiens propose aujourd’hui “d’endormir” ces cellules. Celles-ci, selon une étude, pourraient en effet rester en stase pendant de longues périodes sans se propager ni causer de symptômes. On appelle ça “l’équilibre immunitaire anticancéreux”. Le phénomène est déjà connu, mais les mécanismes en cours ne sont pas encore maîtrisés.

«Sauver plus de vies »

«Ce que nous n’avons pas compris, c’est qu’il existe des mécanismes responsables de la maîtrise des tumeurs et de leur état de dormance, explique Jason Waithman, principal auteur de l’étude publiée dans la revue Nature. Tout ce que nous savions, c’est que cette “boîte noire” de lutte contre le cancer existait et que, si nous pouvions mieux comprendre ce processus, nous pourrions potentiellement apprendre à l’exploiter chez plus de patients, sauvant ainsi plus de vies».

cancer
Une cellule cancéreuse s’attaque à des cellules saines. Crédits : iStock

Des résultats prometteurs chez la souris

L’équipe de chercheurs explique s’être ici penchée sur un type de cellules appelées lymphocytes TRM, sortes de sentinelles du système immunitaire. Afin d’étudier l’effet de ces dernières sur les cellules cancéreuses, les chercheurs ont observé leurs mouvements en temps réel chez des souris génétiquement modifiées pour présenter un mélanome.

«À l’aide d’un microscope spécial, nous avons alors pu voir des cellules individuelles de mélanome dans la peau de la souris. Nous avons ensuite pu observer les cellules TRM se déplacer à travers la peau, trouver les cellules de mélanome et en contrôler la croissance», explique Simone Park, co-auteure de l’étude. Une fois les cellules TRM épuisées, la croissance des tumeurs reprenait alors de plus belle. Ainsi ces cellules “spéciales” jouent bien un rôle fondamental dans le ralentissement de la progression du cancer et dans le maintien de l’équilibre immunitaire anticancéreux.

Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour savoir si oui ou non ces résultats pourraient être observés chez l’Homme, mais les chercheurs sont confiants. «Nous espérons que ces recherches nous permettront de développer de nouvelles façons de maintenir le cancer en sommeil et de guérir efficacement les personnes malades», conclut Simone Park.

Source

Articles liés :

Ce nouveau test pourrait détecter tous les types de cancer en quelques minutes

Oui, les ondes liées à la téléphonie mobile ont bien un lien avec le cancer

Les médecines alternatives peuvent-elles guérir le cancer ?

Des chercheurs identifient un type de cellule qui “endort” le cancer
noté 4.5 - 2 votes