in

Aux États-Unis, la moitié des personnes qui se déclarent allergiques ne le sont pas

Crédits : iStock

Une récente étude révèle qu’environ la moitié des adultes américains qui pensent avoir une allergie alimentaire n’en ont pas. Les résultats de ces travaux sont publiés dans la revue JAMA Network Open.

Près de 10,8 % des adultes américains (26 millions de personnes) seraient sujets aux allergies alimentaires, révèle une étude publiée cette semaine, qui note également que le nombre de personnes qui se pensent allergiques (19%) est presque deux fois plus important qu’il ne l’est en réalité. Il ressort ainsi que beaucoup de personnes qui consomment évitent inutilement des aliments. D’autres se sont même vus prescrire des auto-injecteurs d’adrénaline alors qu’ils n’en avaient finalement pas besoin. Certaines personnes, plus concernées cette fois, n’auraient en revanche pas accès aux antihistaminiques visant à soulager ces allergies, préviennent les chercheurs.

Allergie et intolérance

Les personnes qui pensent être allergiques pourraient finalement ne présenter que des symptômes d’intolérance alimentaire. En d’autres termes, ces personnes auraient simplement du mal à digérer tel ou tel aliment. Gaz, douleurs abdominales et diarrhée peuvent alors se manifester, mais les symptômes restent moins dangereux que ceux inhérents à une véritable allergie alimentaire. « Dans les situations d’intolérance alimentaire, ce n’est pas une allergie représentant un danger de mort… mais cela nuit à la qualité de la vie », confirme en effet la docteure Michelle Hernandez, professeure agrégée de pédiatrie à l’Université de Caroline du Nord (États-Unis).

mal au ventre ballonnements
Crédits : Flickr/U.S. Department of Agriculture

Une intolérance alimentaire peut avoir différentes causes. Le syndrome du côlon irritable en est une. Ce trouble de l’intestin peut entraîner des douleurs abdominales, une alternance de constipations et de diarrhées, ou encore un excès de gaz. Un changement des habitudes alimentaires (manger davantage de fibres) suffit généralement à atténuer les symptômes. Vous pourriez également manquer de certaines enzymes pour décomposer certains aliments. C’est notamment le cas pour le lactose, ou le gluten. Encore une fois, une réorientation alimentaire permet de soulager les ballonnements.

Les allergies peuvent être violentes

Dans le cas d’une allergie alimentaire, le système immunitaire du corps réagit différemment, et de manière plus brutale face à certains aliments. Ce pourrait être les œufs, les fruits de mer, le poisson, ou encore les noix. Une réaction parfois violente se produit alors quelques minutes après l’exposition : urticaire, démangeaisons, vomissements, crampes abdominales, gonflements ou encore problèmes respiratoires. Dans certains cas, une réaction disproportionnée non prise en charge à temps peut même être fatale. Dans le doute (intolérance ou allergie ?), n’hésitez pas à demander conseil auprès de votre médecin. Dans le cas d’une intolérance, tournez-vous vers un·e diététicien·ne.

Source

Articles liés :

Que sont les allergies croisées ?

Quand faire consommer des cacahuètes aux enfants pour éviter les allergies ?

En forniquant avec Neandertal, nous sommes devenus plus sensibles aux allergies

Aux États-Unis, la moitié des personnes qui se déclarent allergiques ne le sont pas
Notez cette actu