in

L’élevage intensif responsable d’une (très) importante pollution à l’ammoniac

élevage vaches
Élevage bovin aux États-Unis Crédits : Greenpeace

Une récente étude montre aujourd’hui que les Hommes sont à l’origine d’une très importante pollution à l’ammoniac dans le monde. Et ces émissions ont été trop largement sous-estimées.

L’ammoniac (NH3) est un gaz résiduaire incolore qui se forme en combinant de l’azote et de l’hydrogène. Ce gaz peut se former naturellement dans la nature et en petites quantités. En revanche, il est le plus souvent formé et libéré avec les déjections animales. Le problème est qu’une libération excessive d’ammoniac peut alors entraîner une pollution de l’air, des eaux et des sols. C’est notamment ce qui est observé près des élevages industriels. Pour mieux se rendre compte de la situation, des chercheurs ont partagé une carte de la libération d’ammoniac, en s’appuyant sur des données récoltées au cours de ces neuf dernières années.

Une pollution sous-estimée

Cette carte de l’ammoniac libéré – publiée dans la revue Nature – révèle ici plus de 200 points chauds d’émissions dans le monde, dont les deux tiers n’auraient jamais été identifiés auparavant. « Nos résultats suggèrent qu’il est nécessaire de revoir complètement les inventaires d’émissions de sources d’ammoniac anthropiques. Il est également nécessaire de prendre en compte l’évolution rapide de ces sources au fil du temps », écrivent chercheurs.

ammoniac
La carte des flux d’ammoniac atmosphérique recense 242 sources ponctuelles (cercles noirs) et 178 zones d’émissions plus étendues (rectangles blancs). Crédits : Martin Van Damme et Lieven Clarisse/ULB

Des points chauds d’origine humaine

Pour leur étude, les chercheurs ont analysé neuf années de données atmosphériques recueillies entre 2007 et 2016. Le but était ici de répertorier les divers composants de l’atmosphère de notre planète, notamment l’ammoniac. Ces données ont alors révélé 248 “points chauds” d’ammoniac (zones inférieures à 50 km de diamètre), ainsi que 178 zones d’émission plus larges.

Il ressort aujourd’hui de ces données que 241 de ces points chauds recensés sont liés aux activités humaines. Plus de 80 sont en effet liés à l’élevage intensif et 158 ​​à des usines produisant des engrais à base d’ammoniac. Un lac de Tanzanie est à ce jour le seul point chaud en ammoniac naturel répertorié (à cause de la prolifération d’algues).

Il ressort également que, de manière plus dangereuse, les deux tiers de ces points chauds n’ont jamais été signalés auparavant. Ces nouvelles données vont ainsi devoir être prises en compte, et les responsables devront agir en conséquence pour atténuer leur empreinte ammoniacale.

Source

Articles liés :

Rapport de l’OMS : la pollution de l’air tue 600 000 enfants par an

La pollution de l’air ferait gonfler votre cœur

La pollution atmosphérique modifierait le placenta

L’élevage intensif responsable d’une (très) importante pollution à l’ammoniac
Notez cette actu

Written by Brice Louvet

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants



ichtyosaure

Ces anciens reptiles avaient beaucoup en commun avec les dauphins

dépression

Étude : la schizophrénie liée au manque de vitamine D dans l’utérus ?