in

La photo la plus proche jamais prise de l’atmosphère du Soleil

Crédit : NASA / Laboratoire de recherche navale / Sonde solaire Parker)

Le 8 novembre dernier, la sonde Parker Solar Probe s’est rapprochée du Soleil. Ses premières données viennent de nous parvenir avec, parmi elles, l’incroyable photo d’un jet coronal.

La NASA propulsait en août dernier sa sonde Parker Solar Probe, dans le but de pouvoir « toucher le Soleil ». L’objectif n’est pas ici de réellement toucher notre étoile, mais de s’en rapprocher suffisamment pour analyser son atmosphère ultra-chaude. En novembre dernier, la sonde a fait un premier survol de notre étoile, à environ 27 millions de kilomètres, capturant au passage la photo d’un jet coronal. L’annonce vient d’être faite par la NASA.

Une mission attendue depuis 60 ans

Le 12 décembre dernier, quatre chercheurs se sont en effet rassemblés à la réunion d’automne de l’American Geophysical Union à Washington DC, pour nous partager les premières données renvoyées par la sonde. « Les héliophysiciens attendent depuis plus de 60 ans qu’une mission de ce type soit possible, s’est enthousiasmé Nicola Fox, directeur de la division héliophysique (étude du Soleil, ndlr) au siège de la NASA à Washington. Les mystères solaires que nous souhaitons résoudre nous attendent dans la couronne ».

Un jet coronal est une structure de plasma éjectée suite à des éruptions ayant pris place au-dessus des taches solaires – ces zones où l’activité magnétique est particulièrement intense. Vous pouvez observer sur la photo ci-dessous deux rayons visibles (sur la gauche). Le point brillant n’est autre que Mercure, de passage devant le Soleil.

Soleil
Crédit : NASA / Laboratoire de recherche navale / Sonde solaire Parker)

Plusieurs mystères à résoudre

Cette première salve de données devrait en appeler d’autres, nous permettant ainsi d’étudier notre étoile comme jamais auparavant. La sonde solaire Parker est en réalité conçue pour répondre à trois questions principales. La première : comment et pourquoi la couronne – l’atmosphère extérieure du Soleil – est-elle chauffée à des températures 300 fois plus élevées que la surface visible en dessous ? La seconde : comment le vent solaire – qui enveloppe les planètes et s’étend bien au-delà de l’orbite de Neptune – est-il accéléré si rapidement ? Et enfin, comment certaines des particules les plus énergétiques du Soleil s’en échappent-elles à plus de la moitié de la vitesse de la lumière ?

« Parker Solar Probe nous fournira les mesures essentielles à la compréhension des phénomènes solaires qui nous intriguent depuis des décennies, explique Nour Raouafi, de l’Université Johns-Hopkins à Laurel, dans le Maryland. Pour ce faire, un échantillonnage local de la couronne solaire et du jeune vent solaire est nécessaire. Et c’est précisément ce qu’est en train de faire la sonde Parker Solar Probe ». Le prochain survol, lui, est prévu pour le 4 avril prochain.

Source

Articles liés :

Dévier la lumière du soleil pour refroidir la planète ? Mauvaise idée

Comment la sonde de la NASA va-t-elle faire pour “toucher” le Soleil sans fondre ?

Qu’est-ce qui provoque le ciel rouge des couchers et levers de soleil ?

La photo la plus proche jamais prise de l’atmosphère du Soleil
noté 2 - 2 votes