in

À cause des pesticides, les singes noirs du Costa Rica virent au jaune

Le singe hurleur à manteau noir (Alouatta palliata). Crédits: Wikipedia

Au cours des cinq dernières années, le pelage des singes hurleurs à manteau du Costa Rica a commencé à passer du noir au jaune. Une évolution dans la pigmentation de mélanine, due à l’utilisation accrue de pesticides.

Les singes hurleurs à manteau du Costa Rica sont recouverts – comme leur nom l’indique – d’un pelage normalement noir. Vous retrouverez parfois quelques poils jaune-orangé au bout de leur queue, mais dans l’ensemble le pelage reste très sombre. Ces couleurs, les singes hurleurs la doivent à l’eumélanine, un type de pigment colorant. Depuis quelques années en revanche, il semble que certains spécimens aient commencé à développer une fourrure jaune. Au départ ponctuelles, ces tâches prennent de plus en plus le pas sur le noir. Pourquoi ?

Un type de mélanine différent

Une équipe de chercheurs signale en effet aujourd’hui au moins 21 singes hurleurs à fourrure tirant vers le jaune vivant à l’état sauvage. La plupart présentent encore des taches noires, mais deux d’entre eux sont entièrement jaunes. Soucieux d’en apprendre davantage, des chercheurs ont récemment analysé de près différentes fourrures. Ils ont alors découvert une différence marquée dans le type de mélanine produite. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue Mammalian Biology.

Si les singes hurleurs à manteau présentent, on l’a dit, un pigment appelé « eumélanine », certains ont tout bonnement développé un autre type de pigment, appelé phéomélanine, qui produit des tons orangés. « Ces observations représentent des cas de pigmentation totalement anormaux, notent les auteurs de l’étude. Ceux-ci n’ayant jamais été signalés auparavant en captivité ou dans la nature. Nous ne sommes pas au courant de changements similaires dans la pigmentation chez d’autres primates ou d’autres groupes de mammifères ».

Costa Rica
Crédits : Flickr/Arturo Sotillo

Les pesticides en cause ?

Pour les chercheurs, ces changements de pigmentation sont à mettre au crédit des pesticides. Le pigment responsable de la fourrure jaune de ces primates contient en effet beaucoup trop de soufre, tout comme la plupart des pesticides utilisés dans le monde. On note que le Costa Rica est l’un des plus gros pays consommateurs de pesticides (25 kilogrammes par hectare de terre cultivée). Exposée à cet excédent de souffre, la structure de la mélanine des singes hurleurs, qui côtoient les fermes de cultures, aurait ainsi muté.

« L’exposition au soufre dans l’environnement peut augmenter la disponibilité des sulfhydryles dans les cellules, ce qui peut favoriser la synthèse de la phéomélanine dans les mélanocytes et expliquer le déplacement de la pigmentation », expliquent les chercheurs.

Des recherches supplémentaires seront nécessaires pour confirmer la cause de cette mutation, mais les conséquences pourraient être dramatiques pour les primates. Davantage exposés, les singes seront alors plus vulnérables face aux attaques des prédateurs, comme les jaguars, les ocelots ou les pumas.

Source

Articles liés :

Est-il vraiment impossible pour les grands singes de parler ?

Les singes aussi se servent de fils dentaires pour se nettoyer les dents

Pourquoi des singes se sont-ils mis à manger de la boue au Pérou ?

Notez cet article