in

Si l’Etna continue de glisser, des tsunamis mortels pourraient se former en Méditerranée

Crédits : Wikiédia / GFDL / Andrea Fontanelli

De récentes mesures sous-marines suggèrent que la gravité entraîne peu à peu l’Etna, le volcan le plus actif d’Europe, sous le niveau de la mer. Un glissement de terrain lent, mais qui pourrait s’accélérer avec le temps, provoquant la formation de tsunamis dans toute la méditerranée. Les détails de l’étude sont rapportés dans la revue Science Advances.

Environ un million de personnes vivent sur les pentes de l’Etna. Si ces derniers sont déjà sous la menace d’une éruption de feu dévastatrice, une ombre supplémentaire et jusqu’alors insoupçonnée plane au-dessus de la Sicile : l’eau. Le volcan plonge en effet dans la mer. Et si ce mouvement est assez lent aujourd’hui (vos ongles poussent plus rapidement), les causes de cet effondrement laissent à penser que l’Etna pourrait glisser de plus en plus vite – et plus brusquement – dans quelques milliers d’années. Si tel est le cas, des tsunamis pourraient alors se former dans toute la région, menaçant la vie de millions de personnes.

« Un effondrement massif serait un désastre pour une région vaste et densément peuplée », a déclaré Boris Behncke, volcanologue à l’Institut national de géophysique et de volcanologie (Italie), qui n’a pas participé aux recherches. « Toute la pente est en mouvement en raison de la gravité, poursuit Heidrun Kopp, du Centre de recherche océanographique Geomar Helmholtz, en Allemagne. Il est donc tout à fait possible que cet effondrement se produise de manière catastrophique, ce qui pourrait déclencher un tsunami dans toute la Méditerranée ».

Les chercheurs expliquent ici avoir mis en place en 2016 un réseau de cinq récepteurs sous-marins à différents endroits, dans le but de surveiller le déplacement de la partie submergée du mont Etna (flanc sud-est). Chaque station se renvoyait régulièrement un signal sonore. Si le laps de temps augmentait entre l’émission et la réception d’un signal, cela signifiait que la station concernée s’était déplacée (et donc enfoncée). Si aucun mouvement n’a été enregistré la première année, il semblerait en revanche que le flanc sous-marin de l’Etna se soit déplacé de 4 centimètres entre le 12 et le 20 mai 2017. Un mouvement ascendant qui correspondait avec un décalage enregistré au même moment le long d’une faille de la région.

Le glissement du volcan dans la Méditerranée serait ainsi épisodique et donc, pour les chercheurs, principalement sujet aux caprices de la gravité. La montée du magma à l’intérieur du volcan pourrait jouer un rôle, ajoutant du poids à la montagne et affaiblissant ses structures, mais beaucoup plus minime. Quant à savoir si les pentes de l’Etna s’effondreront brutalement un jour, impossible à dire. Tout ce que nous savons, c’est que le phénomène à très peu de chance de se produire durant cette vie.

Source

Articles liés : 

De nuit, l’éruption de l’Etna est visible depuis l’espace

Quelles sont les 11 des catastrophes naturelles les plus meurtrières de l’Histoire ?

Italie : un volcan se réveillera un jour près de Rome

Si l’Etna continue de glisser, des tsunamis mortels pourraient se former en Méditerranée
noté 3.5 - 4 vote[s]