in

Les abeilles se “taisent” pendant les éclipses totales de Soleil

abeilles bourdons éclipse
Durant les éclipses totales, abeilles et bourdons cessent de voler. Crédits : Susan Ellis, Bugwood.org

De récentes analyses menées durant l’éclipse totale de Soleil aux États-Unis en 2017 suggèrent que les abeilles et bourdons se « taisent » – cessent de voler – une fois la pénombre installée. Un comportement similaire à celui observé une fois la nuit tombée.

Si vous vous baladez en plein jour et tombez sur une éclipse totale de Soleil, vous stoppez toute opération et appréciez le phénomène. Chez les abeilles, c’est un peu la même chose, à la différence que celles-ci ne la contemplent pas, mais la confondent avec la tombée de la nuit. Des chercheurs de l’Université du Missouri, en collaboration avec des centaines d’élèves de classes primaires (400 participants), se sont en effet aperçus du phénomène durant l’éclipse totale de l’année dernière, observée aux États-Unis. Des stations de contrôle acoustique installées à travers le pays n’ont enregistré aucun bourdonnement durant la phase « complète » de l’éclipse.

« Nous nous attendions, d’après quelques articles scientifiques, à ce que l’activité des abeilles diminue à mesure que la lumière baisse pendant l’éclipse et atteins un minimum à la totalité, note Candace Galen, de l’Université du Missouri et principale auteure de l’étude publiée dans les Annales de la société américaine d’entomologie. Mais nous ne pensions pas que le changement serait si abrupt, que les abeilles continueraient à voler jusqu’à la totalité et seulement à ce moment-là, elles s’arrêteraient complètement. C’était comme si les lumières s’éteignaient d’un seul coup. Cela nous a surpris ».

Au total, ce sont 16 stations de surveillance qui ont été disséminées en Oregon, en Idaho et dans le Missouri (microphones USB suspendus à proximité de fleurs pollinisées par les abeilles). Le lendemain, les chercheurs ont saisi et analysé les données récoltées pour déterminer le nombre et la durée des bourdonnements d’abeilles (il y avait aussi des bourdons). Il en ressort que les insectes restaient actifs peu avant et peu après la phase complète de l’éclipse, malgré un ralentissement des activités, et qu’ils cessaient toute opération une fois la pénombre totale installée. Un comportement similaire à celui observé au crépuscule, lorsque les abeilles « rentrent chez elles pour dormir ».

Ainsi, abeilles et bourdons réagissent de la même manière aux signaux environnementaux, et ce même si ceux-ci surviennent de manière inattendue. « L’éclipse nous a donné l’occasion de nous demander si un nouveau contexte environnemental modifierait la réaction comportementale des abeilles face à la pénombre ou à la pénombre, poursuit la chercheuse. Comme nous l’avons constaté, l’obscurité complète provoque le même comportement chez les abeilles, indépendamment du moment ou du contexte. Ce sont de nouvelles informations sur la cognition de ces insectes ».

Source

Articles liés : 

Nous avons autant besoin des guêpes que des abeilles. Alors pourquoi sont-elles si détestées ?

Les guêpes et abeilles peuvent reconnaître les visages

Après les abeilles, les bourdons sont à leur tour menacés

Les abeilles se “taisent” pendant les éclipses totales de Soleil
noté 5 - 2 votes