in

Ils ont quasiment doublé la durée de vie de petits animaux

Les petits vers C. elegans utilisés dans l'étude. Crédits : Jan Gruber

Une équipe de chercheurs explique avoir quasiment doublé la durée de vie de petits vers Caenorhabditis elegans, grâce à une combinaison de médicaments. Les détails de l’étude sont publiés dans la revue dans Developmental Cell

Pourquoi vouloir prolonger notre espérance de vie ? « Nous aurions avantage non seulement à prolonger notre vie, mais aussi à passer plus de temps sans maladie liée à l’âge, comme l’arthrite, les maladies cardiovasculaires, le cancer ou la maladie d’Alzheimer, explique le docteur Gruber, du Yale-NUS College (Singapour), principal acteur de ces recherches. Ces maladies nécessitent actuellement des traitements très coûteux, de sorte que les avantages économiques d’être en meilleure santé plus longtemps seraient énormes ».

Vivre plus longtemps et en meilleure santé, on dit oui. Mais alors, comment ? Les chercheurs expliquent ici avoir combiné plusieurs médicaments réputés pour avoir une incidence sur la durée de vie. C’est le cas de la rapamycine par exemple, actuellement administrée chez l’Homme pour éviter le rejet d’organes greffés. Des expériences menées chez les vers C. elegans, les mouches des fruits et les souris ont en revanche montré que ce même médicament pouvait également légèrement prolonger la durée de vie de certains organes chez ces trois espèces.

En administrant des combinaisons de plusieurs composés (rifampicine, psora – 4, métformine et allantoïne) ciblant différentes voies de vieillissement chez le ver C. elegans, les chercheurs ont alors découvert qu’ils pouvaient effectivement prolonger la durée de vie moyenne des sujets. Celle-ci était même parfois quasiment multipliée par deux. Les petits vers étaient également en bien meilleure santé, notent les chercheurs. Il semblerait ainsi qu’une combinaison spéciale de plusieurs médicaments soit plus efficace pour prolonger la vie de ces petits vers, plutôt que chaque médicament pris individuellement. Les meilleurs résultats ont été obtenus avec une combinaison de trois composés.

Si les résultats semblent concluants chez le ver Caenorhabditis elegans, il faudra néanmoins d’autres recherches et des formules plus perfectionnées pour entreprendre, à terme, d’éventuels essais cliniques. Les chercheurs comptent également s’appuyer sur des modèles informatiques testant différents mélanges de médicaments pour tenter d’éliminer toute interaction médicamenteuse potentiellement dangereuse.

Source

Articles liés : 

Ils ont inversé le vieillissement de cellules humaines cultivées en laboratoire

La maternité pourrait accélérer le vieillissement cellulaire de 11 ans

Le vieillissement de la population : un défi pour la société à bien des égards

Ils ont quasiment doublé la durée de vie de petits animaux
noté 1 - 1 vote