in

Au revoir, Kepler

Crédits : NASA / Ames / JPL-Caltech

La NASA l’annonçait il y a quelques heures : le télescope spatial Kepler, à court de carburant depuis quelques mois déjà, s’est définitivement éteint quasiment 10 ans après sa mise en orbite. Il aura été à l’origine de la découverte de milliers d’exoplanètes.

On l’annonçait depuis plusieurs semaines, mais Kepler semblait faire de la résistance malgré son manque de carburant. Aujourd’hui les réservoirs sont vides, après neuf ans et demi de bons et loyaux services. Au cours de sa mission, Kepler aura découvert des milliers de nouveaux mondes (2 681 planètes plus exactement, et d’autres en attente de confirmation), révolutionnant ainsi notre vision de la vie extraterrestre.

« Kepler a ouvert la voie à l’exploration du cosmos par l’humanité », a notamment déclaré William Borucki, anciennement de la NASA, qui dirigeait la première équipe scientifique de Kepler. « Maintenant, grâce au télescope spatial Kepler et à sa mission scientifique, nous savons que les planètes sont plus communes que les étoiles dans notre Galaxie », ajoute Paul Hertz, du département d’astrophysique de la NASA.

Pour William Borucki, à l’origine de la mission il y a plusieurs décennies, l’une des plus importantes découvertes reste celle de Kepler 22b, un monde rempli d’eau plus grand que la Terre, mais où les températures – ni trop froides ni trop chaudes – « pourraient mener à la vie ».

Kepler nous a montré que « nous vivons dans une galaxie regorgeant de planètes, et nous sommes prêts à passer à la prochaine étape pour explorer ces planètes », a également déclaré Padi Boyd, qui dirige le projet TESS, le successeur de Kepler. Mis en orbite en avril dernier, le télescope a désormais pour objectif d’analyser environ 200 000 étoiles à moins de 300 années-lumière du Soleil – principalement des naines rouges comme TRAPPIST-1 et Proxima Centauri.

Rappelons qu’il y a à peine un mois, TESS dénichait sa toute première exoplanète : un monde semblable à la Terre retrouvé à environ 60 années-lumière de notre étoile. La relève semble assurée.

Source

Articles liés : 

Kepler-186f, cette exoplanète qui ressemble de plus en plus à la Terre

Le nouveau chasseur de planètes de la NASA fera ce que Kepler n’a pas pu faire

Près de 100 nouvelles exoplanètes découvertes par Kepler

Au revoir, Kepler
noté 2.8 - 4 votes