in

Votre cerveau surveille votre environnement quatre fois par seconde

Crédits : HypnoArt / Pixabay

On supposait auparavant que les effets neuronaux de l’attention spatiale étaient continus au fil du temps. Une récente étude suggère pourtant une alternance de périodes de sensibilité perceptuelle accrue ou diminuée. Durant celles-ci, le cerveau évalue notre environnement, à la recherche d’éventuels points d’attention plus importants.

Nos neurones, plutôt que de circuler dans un flux constant lorsque nous nous concentrons sur quelque chose, semblent finalement suivre un rythme alternant des périodes d’attention fortes, et d’autre plus faibles. Selon cette nouvelle étude, nos neurones seraient ainsi moins actifs quatre fois par seconde. Mais notre cerveau ne chôme pas pour autant  : celui-ci essaie en fait de nous protéger en évaluant notre environnement, à la recherche de points de fixation plus importants, par exemple une éventuelle menace.

« Votre cerveau vérifie le reste de l’environnement pour voir s’il doit se concentrer sur autre chose », explique à Gizmodo Ian Fiebelkorn, expert en cognition à l’Université de Princeton (États-Unis) et principal auteur de l’étude publiée dans Neuron. « Le but étant ici de voir si quelque chose d’autre dépasse votre objectif actuel ». Une observation cohérente d’un point de vue évolutif, l’objectif de tout être vivant étant de survivre à tout prix. Ainsi, sans que nous en ayons conscience, notre cerveau serait “aux aguets” environ quatre fois par seconde, dans le but de surveiller une éventuelle menace.

Notons que ce rythme cérébral a été observé chez les humains et les macaques. Une similitude entre les espèces qui pourrait suggérer que ce rythme cérébral existe également chez d’autres primates.

Comprendre ces rythmes cérébraux pourrait par ailleurs permettre une meilleure connaissance des troubles du déficit de l’attention. Les personnes qui en souffrent pourraient effectivement se retrouver “bloquées” dans l’un des deux états d’activité neuronale, proposent les chercheurs. « Il ne s’agit que de notre hypothèse, note Sabine Kastner, co-auteure de l’étude, mais elle pourrait être testée chez les enfants ou toute population présentant un déficit d’attention ».

Articles liés : 

C’est quoi cette sensation de « cerveau gelé » quand on mange de la glace ?

La maladie d’Alzheimer pourrait-elle être causée par un virus infectant le cerveau ?

Pourquoi nos cerveaux ont-ils des plis ?

Votre cerveau surveille votre environnement quatre fois par seconde
noté 4 - 3 votes