in

La chronobiologie de plus en plus au service de la médecine ?

Crédits :

En suivant les principes de la chronobiologie, le contrôle de notre horloge interne pourrait permettre d’ajuster le fonctionnement de notre corps. En effet, l’horloge interne est essentielle dans le cas de plusieurs fonctions vitales de notre organisme, et fait l’objet de certaines recherches en médecine.

L’horloge interne est également connue sous le nom de rythme circadien, regroupant tous les processus biologiques cycliques sur une durée d’environ une journée. Chaque être humain a son propre rythme circadien regroupant de nombreuses notions du quotidien telles que l’alimentation, le métabolisme, le sommeil et les fonctions cognitives – entre autres.

Il s’agit d’un concept sur lequel se base la chronobiologie, une discipline scientifique étudiant l’organisation temporelle des êtres vivants et les mécanismes (fonctionnement et altérations) assurant leur maintien et leur contrôle. La chronobiologie est un moyen de réflexion visant à déterminer le moment opportun et la durée idéale en ce qui concerne le sommeil, les activités sportives, les instants de repos, etc.

rythme circadien
Crédits : Wikimedia Commons

Les personnes s’intéressant à la chronobiologie sont également susceptibles de tenter d’en savoir plus sur la façon d’optimiser leur énergie ou encore la façon de se soigner. Justement en médecine, une étude menée en France en 2013 suggérait déjà que l’efficacité des médicaments anticancéreux pouvait doubler selon le moment de leur prise dans la journée.

Nous évoquerons alors ici une application importante de la chronobiologie, à savoir la chronothérapie. En 2017, le travail de chercheurs américains sur les gènes de l’horloge biologique interne récompensé par le prix Nobel de Médecine sonnait comme une avancée certaine en chronothérapie.

D’autres recherches se sont intéressées au fait que l’infarctus du myocarde après chirurgie de la valve aortique avait des chances plus réduites de se produire lorsque l’intervention avait lieu dans l’après-midi plutôt qu’en matinée. Des chercheurs ont également démontré que le fait d’exposer des patients atteints de la maladie de Parkinson à une luminosité intense pouvait les aider à réduire leur somnolence en journée et donc permettre de mieux réguler leur sommeil durant la nuit.

Sources : CNRSMashable

Articles liés :

Le prix Nobel de médecine récompense le décodage de l’horloge biologique

Les astrocytes, une pièce maîtresse de notre horloge biologique ?

Il serait préférable d’être opéré du cœur durant l’après-midi

La chronobiologie de plus en plus au service de la médecine ?
noté 5 - 1 vote