in

Été 1911 : la canicule fait plus de 40 000 morts en France

La Croix 9 juillet 1911 / Retronews

Les pics de chaleur que nous rencontrons actuellement ne sont pas les pires qu’ait connus la France. L’été 1911 par exemple, fut une catastrophe pour toute l’Europe, la température atteignant des sommets en juillet, août et jusqu’au début du mois de septembre. Elle eut un impact plus spécialement sur la France, les Pays-Bas et la Belgique, et fit plus de 40 000 morts dans l’hexagone, principalement des enfants en bas âge.

En juillet 1911, une vague de chaleur exceptionnelle déferle sur l’Europe, après avoir fait des dizaines de morts aux États-Unis. Les 22 et 23 juillet, 38°C sont observés à Lyon, Bordeaux et Châteaudun. En août, à Paris, les températures sont supérieures à 30 °C pendant 14 jours. Mais si l’été 2003 fut une tragédie pour le troisième âge, ce sont les plus petits qui trinquèrent en ce début de siècle. Une catastrophe perçue comme une véritable crise de la mortalité infantile, avec un surplus de 40 000 décès, dont 29 000 dans la petite enfance.

Effectivement, ce sont les moins de deux ans qui ont le plus souffert à l’été 1911. Ils périssent alors des suites de diarrhées (gastro-entérites), notamment lorsqu’ils reçoivent le biberon. Beaucoup de mères ayant abandonné l’allaitement au sein, cette épidémie va de pair avec celle qui sévit chez les vaches laitières. Cet été là, le lait est effet de plus en plus mauvais et peu nourrissant, les fermiers donnant trop de tourteaux, pulpes, betteraves pourries à leurs animaux. Il est également à noter l’existence d’une épidémie conjointe de fièvre aphteuse à cette même époque, qui eut un impact sur la quantité de lait produite pour nourrir les nourrissons.

thermomètre canicule
Crédits : iStock

Notons que les personnes âgées ont elles aussi payé un lourd tribut lors de cette hécatombe. La surmortalité se dessinant alors très nettement au-delà de 60 ans, et notamment entre 70 et 100 ans. Mais à l’époque, cela passa complètement inaperçu. Les autorités sanitaires et politiques s’émurent en effet de la forte mortalité infantile, dont la baisse fut affichée comme une priorité nationale.

Mais ces températures terribles ne firent pas que des catastrophes, notamment dans l’agriculture. Les récoltes en 1911 furent en effet bonnes dans toute l’Europe occidentale et centrale, avec notamment des moissons de blé honorables en France. Les vendanges furent par ailleurs très précoces, assez abondantes, et les vins furent de très grande qualité.

Source

Articles liés : 

La canicule a causé la mort d’une tonne de poisson dans le Rhin

Canicule : les bons gestes et les choses à ne surtout pas faire 

Vagues de chaleur et canicules : comment se forment-elles ?

Été 1911 : la canicule fait plus de 40 000 morts en France
noté 3.5 - 20 votes