in

Un essai historique en Australie élimine 80% des moustiques vecteurs de maladies

Crédits : iStock

Il y a quelques semaines, des chercheurs australiens libéraient des millions de moustiques mâles stérilisés dans le Queensland. Ils observent aujourd’hui une chute de plus de 80 % de la population des insectes vecteurs de maladies.

Entre novembre 2017 et juin de cette année, des millions de moustiques mâles infectés par une bactérie naturelle appelée Wolbachia ont été relâchés dans plusieurs zones d’essai sur la côte de Cassowary, dans le nord du Queensland. Les moustiques infectés s’accouplent encore naturellement avec les femelles, mais les œufs subséquents n’éclosent pas, ce qui permet des baisses rapides et significatives de la population locale de moustiques. Il est essentiel que seuls les moustiques mâles soient relâchés (il n’y a que les femelles qui piquent). Libérés par millions dans la nature, ils n’ont donc aucun impact notable sur les populations humaines.

Menée par des scientifiques de l’Organisation de recherche scientifique et industrielle du Commonwealth (CSIRO) et de l’Université James Cook en Australie, l’expérience a ciblé les moustiques Aedes aegypti. Ces derniers propagent des maladies mortelles telles que la dengue et le Zika. « Aedes aegypti est l’un des ravageurs les plus dangereux au monde », a déclaré Rob Grenfell, directeur de la santé et de la biosécurité du CSIRO, dans un communiqué, décrivant l’expérience comme « une victoire ». Le virus Zika est un exemple très parlant des ces maladies transmises par les moustiques. L’épidémie notable de 2015 aura infecté des millions de personnes dans le monde entier, provoquant la naissance de bébés atteints de troubles neurologiques.

La technique d’élevage de moustiques développée par Verily, une filiale indépendante de la société Alphabet (elle-même détenue par Google), vise maintenant à s’exporter à travers le monde. Dans deux quartiers du comté de Fresno en Californie, près de 20 millions de moustiques mâles ont d’ores et déjà été relâchés. Les premiers résultats suggèrent une réduction de 68 % des piqûres de moustiques femelles par rapport aux autres quartiers.

Source

Articles liés : 

Découverte d’un nouveau virus transmis à l’Homme par les moustiques

Les moustiques apprennent l’odeur du danger pour ne pas mourir écrasés

Le monde pourrait-il survivre sans moustiques ?

Un essai historique en Australie élimine 80% des moustiques vecteurs de maladies
noté 5 - 3 votes