in ,

Des chercheurs se sont intéressés au son du robinet qui goutte

Crédits : Max Pixel

Des chercheurs se sont penchés sur la question du son que font nos robinets, le fameux goutte-à-goutte qui est, disons-le, désagréable. Par ailleurs, les meneurs de l’étude proposent une solution toute simple pour l’éviter.

Si le sujet semble être plutôt loufoque au premier abord, l’étude menée par Peter Jordan (CNRS/Institut Prime) et Anurag Agarwal (Université de Cambridge) et publiée dans la revue Scientific Reports le 22 juin 2018 est tout à fait sérieuse. Les chercheurs se sont intéressés à la question du bruit que font les gouttes qui s’échappent d’un robinet, car ce son agace une large majorité d’entre nous. La solution apportée par les meneurs de l’étude est tout simplement le recours au liquide vaisselle !

Il faut savoir que ce n’est pas la goutte d’eau elle-même qui génère le bruit lorsque celle-ci tombe dans un liquide. Il s’agit en réalité d’une bulle d’air créée lors de l’impact puis entraînée sous la surface. Ceci revient à dire qu’en l’absence de bulle, aucun son ne se fait entendre.

« En oscillant, cette bulle d’air fait vibrer la surface de l’eau. Celle-ci agit comme une enceinte acoustique, qui génère le bruit que nous connaissons tous », a déclaré Peter Jordan.

Évoquons également que le bruit que fait une goutte tombant dans un liquide est une curiosité scientifique depuis plus d’un siècle, selon l’étude. De plus, ces recherches sont nées du fait que l’autre co-auteur de l’étude, Anurag Agarwal ne parvenait pas à dormir à cause de ce problème. Après avoir réfléchi à la question une première fois, l’intéressé n’était pas parvenu à apporter de réponse satisfaisante.

Le fait est qu’en ajoutant du liquide vaisselle à l’eau, les propriétés élastiques du liquide jouent leur rôle, et ainsi aucune bulle ne se forme lorsqu’une goutte y tombe. Pour comprendre ce phénomène, les chercheurs ont effectué des mesures avec un microphone. Ce dernier a permis d’analyser le son qui se propage dans l’air, alors qu’un hydrophone assurait la mission de capter le son dans l’eau. Par ailleurs, des images à très haute vitesse ont été réalisées, ce qui a donné un film en slow-motion surprenant visible ci-dessous.

Sources : University of CambridgeSciences et Avenir

Notez cet article