in ,

L’expérience du sommeil polyphasique : Jour 4

Je m’appelle Raphaël, j’ai 27 ans et depuis ce vendredi 15 juin, je pratique le sommeil polyphasique. Ma dernière nuit complète, c’était entre mercredi et jeudi. J’ai débuté avec le modèle Uberman (6 siestes de 20 minutes toutes les 4 heures, soit 2 heures de sommeil par jour), mais après 3 jours difficiles, j’ai décidé de passer à un modèle plus supportable : Everyman. Celui-ci est composé d’une petite nuit de 4h30 ainsi que de 2 siestes à réaliser au cours de la journée. 

Pour comprendre les notions abordées ici, n’hésitez pas à lire nos deux articles : Comment rester éveillé 22 heures par jour grâce au sommeil polyphasique ? et Comment se décompose notre sommeil ?

Mise en garde : ce nouveau mode de nuit n’est théorisé que depuis quelques années, et un manque d’études scientifiques se fait ressentir sur le sujet. Ainsi, on ne connait pas les effets du sommeil polyphasique sur le long terme. Son manque prolongé dans le cadre d’un sommeil classique peut avoir de graves impacts sur la santé.

4e jour, mais nouveau départ !

Nous arrivons au 4e jour de l’expérience, celle-ci a évolué hier puisque j’ai abandonné le modèle Uberman pour le modèle Everyman. Paradoxalement, mes siestes commençaient à devenir plus efficaces, mais il a suffi d’une grosse baisse de motivation pour que je décide de l’abandonner. Sur ce modèle particulièrement rigide et déroutant, le mental est capital. Réaliser cette expérience à deux m’aurait probablement permis de tenir dans les moments difficiles, c’est à noter pour ceux qui souhaiteraient tenter l’aventure.

Quoi qu’il en soit, cette petite nuit de 4h30 a été efficace, elle m’a permis de réaliser 3 cycles de sommeil complets et ainsi d’accéder au sommeil profond pour la régénération physique, ainsi qu’au sommeil paradoxal pour le mental (ce dernier étant souvent accompagné de rêves). L’application que je testais pour la première fois s’est avérée très efficace pour me réveiller dans les meilleures conditions. Elle m’a tiré du sommeil alors que je me trouvais dans un sommeil léger, ce qui rend le réveil beaucoup plus agréable. Si certains d’entre vous ont du mal à émerger le matin, je vous conseille fortement d’essayer 😉 ! Je verrais si cette impression persiste dans les prochains jours.

Concernant les siestes, après cette petite nuit, j’ai fait l’impasse sur celle de midi par manque de sommeil et j’ai eu du mal à m’endormir sur celle de 18h. Changer de rythme ne se fait pas d’un clin d’oeil, je me doutais que les premières siestes de ce nouveau cycle seraient à nouveau un peu compliquées. Dès demain, ça devrait aller mieux !

Point sur l’alimentation

Un petit point sur l’alimentation, surtout valable pour le modèle Uberman. Il vaut mieux éviter de manger avant les siestes, sans quoi la digestion va pomper de l’énergie et rendre le sommeil bien moins efficace. C’est un fait d’ailleurs conseillé, quel que soit le type de nuit (monophasique ou polyphasique), il faudrait laisser 2 à 3 heures de digestion avant de se coucher. Dans le cas du modèle Uberman, cela implique donc de manger peu de temps après une sieste et d’éviter les gros repas. De même, la viande où les aliments trop gras sont à proscrire parce qu’ils sont plus difficiles à digérer. Le fait d’avoir davantage de temps en mode éveillé va nécessiter davantage d’énergie, l’appétit est ainsi plus important. Mais attention à ne pas tomber dans l’erreur de se jeter sur le sucre au réveil.

L’évolution devant être plus lente avec ce nouveau modèle, il n’est pas sûr que je réalise un article de suivi au quotidien, sauf si des éléments nouveaux surviennent.

Bonne nuit !

> Jour 1

> Jour 2

> Jour 3

L’expérience du sommeil polyphasique : Jour 4
noté 5 - 1 vote