in

Les premiers “lances-flammes” d’Elon Musk sont arrivés

Capture vidéo

Ce week-end en Californie, plusieurs centaines de personnes sont venues récupérer leurs lance-flammes signés de la Boring Company d’Elon Musk. Si certains se sont bien amusés, d’autres ont un peu moins rigolé.

En décembre 2017, le patron de Tesla et SpaceX Elon Musk déclarait être prêt à commercialiser ses propres lance-flammes dans le cas où celui-ci parviendrait à réaliser le défi suivant : vendre au moins 50 000 casquettes portant le logo de The Boring Company. Il s’agit de l’une de ses sociétés dont la mission est de construire un tunnel sous Los Angeles pour désengorger la ville. Le défi a depuis été relevé, et comme à son habitude Elon Musk a tenu sa promesse en produisant ses propres lance-flammes. Pour contourner la législation douanière interdisant de transporter ce genre d’appareil, ceux-ci ont au passage été rebaptisés « pas un lance-flammes ». Finalement, 20 000 de ces « joujous » ont été pré-commandés en janvier dernier dans le cadre d’une offre spéciale et ce week-end, quelques centaines de personnes ont pu tester leur « briquet » grandeur nature.

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de cas répertoriés de personnes ayant appelé les secours en raison d’un incident lié à un de ces lance-flammes. Mais mettez-les entre les mains de quelques 20 000 personnes, et il est probable qu’au moins une ou deux d’entre elles se blessent ou agissent de façon imprudente.

Pour l’anecdote, dans le but de cuisiner du steak et du pop-corn, la YouTubeuse Justine Ezarik (mieux connue sous le nom d’iJustine) a réussi à mettre le feu à son gazon artificiel à cause d’une fuite de propane dans l’appareil. De son côté, The Boring Company a clairement stipulé qu’elle ne pouvait être tenue responsable des éventuels incidents de ses clients. Elon Musk a même tweeté un rappel des conditions d’utilisation.

À titre de rappel, le lance-flammes est classé dans la catégorie des armes de guerre en France. Notez que sa détention par un civil est formellement interdite et expose celui-ci à cinq ans d’emprisonnement et à 75 000 euros d’amende.

Source

Les premiers “lances-flammes” d’Elon Musk sont arrivés
Notez cette actu