in ,

Il y a maintenant plus de tigres de compagnie aux États-Unis que de tigres sauvages dans le monde…

Crédits : iStock

Selon Born Free USA, une organisation de défense des animaux américaine, les estimations de la population de tigres de compagnie aux États-Unis varient entre 5 000 et 7 000. Pendant ce temps, la population mondiale de tigres sauvages est d’environ 3 900, selon le World Wildlife Fund (WWF).

Ainsi, il y aurait plus de tigres de compagnie aux États-Unis que de tigres sauvages dans le monde. Comment en est-on arrivé là ? Comme l’explique Prashant Khetan, PDG de Born Free USA, il n’existe aucune loi interdisant aux gens de posséder des animaux de compagnie exotiques aux États-Unis (certains États ont des lois, mais elles ne sont pas appliquées). Plusieurs éleveurs de tigres opèrent ainsi librement dans le pays, même si les habitats de ces animaux sont menacés à l’étranger, ce qui réduit le nombre de spécimens dans la nature.

La plupart des propriétaires de tigres sont par ailleurs assez riches pour posséder beaucoup de terres : ils sont ainsi capables de mettre en place de grandes enceintes pour les félins. « Ils vont probablement voir un ami qui possède un tigre ou un autre animal exotique et décider qu’ils aimeraient en avoir un aussi », explique Prashant Khetan.

tigre cage
Crédits : Flickr / Braden Kowitz

Habituellement, les propriétaires de tigres acquièrent ces grands félins lorsqu’ils sont « petits et mignons ». Leur comportement ressemble alors plus à celui d’un chat domestique qu’à un véritable animal sauvage. Ces comportements dociles donnent alors l’impression aux propriétaires qu’ils peuvent raisonnablement prendre soin d’un grand félin tout au long de sa vie. C’est pourtant impossible : les adultes ont des besoins – nutrition, vaste espace pour se promener et possibilités de chasse et d’apprentissage – que les propriétaires privés ne peuvent tout simplement pas fournir.

Ces tigres, selon Khetan, finissent par rétrécir physiquement par rapport à leurs cousins ​​sauvages. Le meilleur scénario pour un tigre sauvé d’un propriétaire privé, a-t-il dit, serait une retraite vers un sanctuaire responsable et spécialisé. Un retour à la nature sauvage serait plus compliqué.

Notons que plusieurs organisations, telles que Big Cat Rescue, Born Free USA, le Fonds international pour le bien-être animal, The Humane Society des États-Unis et Humane Society Legislative Fund, soutiennent actuellement un projet de loi  (Big Cat Law) déposé au Sénat américain. Soutenu par le sénateur Richard Blumenthal du Connecticut, le projet de loi ferait en sorte que les personnes non qualifiées soient interdites d’obtenir et de maintenir captifs des grands félins (tigres, lions, léopards et pumas).

Le public semble également de cet avis. Les journaux nationaux récents ont documenté l’indignation des Américains face à l’exhibition inhumaine d’un tigre lors d’un bal de fin d’année. Un jeune tigre a également été repéré, errant seul dans un quartier du Texas. De tels exemples soulignent la préoccupation croissante du public à l’égard du traitement des félins.

Selon Kate Dylewsky, conseillère principale en politique à l’Animal Welfare Institute, « partout dans le  pays, des milliers de grands félins sont détenus dans des conditions misérables et non sécurisées par des propriétaires irresponsables. C’est un problème qui cause une souffrance animale incommensurable et des menaces effroyables à la sécurité humaine, dit-elle. La Loi sur la sécurité publique Big Cat est une solution intelligente à une situation dangereuse et cruelle ».

Source

Il y a maintenant plus de tigres de compagnie aux États-Unis que de tigres sauvages dans le monde…
noté 5 - 1 vote