in

Découverte d’une griffe fossilisée d’un ancien prédateur marin “né pour tuer”

Impression d'artiste d'un Lyrarapax unguispinus adulte et jeune. Crédits : Science China Press

Une équipe d’archéologues annonce la découverte dans le Yunnan, en Chine, d’une griffe fossilisée. Il s’agit de celle d’un ancien monstre marin datant d’environ 500 millions d’années. La créature en question est un jeune, mais tout comme ses parents, elle était née pour tuer.

Il y a un demi-milliard d’années, la Terre était un endroit très différent. La diversité animale était en plein essor, à un rythme sans précédent, et les arthropodes dominaient les autres espèces. Une variété d’appendices appariés jaillissait des corps segmentés de ces créatures. Ceux de Lyrarapax unguispinus par exemple, étaient particulièrement mortels. Sa gueule regorgeait de dents pointues et sa tête était couronnée de deux appendices hérissés en forme de griffes. Ce minuscule fossile (18 mm de long) appartenait ici à un jeune spécimen, rapporte une équipe de chercheurs dans une étude publiée ce mois-ci dans National Science Review.

« Sa morphologie semblable à celle d’un adulte – en particulier les appendices frontaux et la bouche [complètement développés] – indique que L. unguispinus était un prédateur bien équipé au début de son développement », notent les chercheurs. L’équipe pense que ces griffes épineuses étaient capables d’attraper une proie avant que la créature ne la jette dans sa gueule. S’il avait survécu assez longtemps pour grandir, ce petit prédateur de l’époque cambrienne aurait pu atteindre un mètre de long. En tant qu’arthropode, L. unguispinus est un ancêtre des araignées d’aujourd’hui,  ainsi que des scorpions et des crustacés.

Il y a plus de 500 millions d’années, notre planète était au cœur de ce qu’on appelle l’explosion cambrienne, où la diversité de la vie sur Terre a fortement augmenté, pressant les animaux à s’adapter à leur environnement en constante évolution. La compétition était donc rude. Les chercheurs pensent d’ailleurs que cette rivalité a pu entraîner l’évolution rapide des traits redoutables de L. unguispinus. « La prédation intense qui se produisait à toutes les échelles au cours de la phase initiale de l’évolution animale était sans aucun doute un moteur essentiel des innovations morphologiques et écologiques qui se manifestaient à travers le Cambrien », peut-on lire.

Source

Découverte d’une griffe fossilisée d’un ancien prédateur marin “né pour tuer”
Notez cette actu

Written by Brice Louvet

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

1 million de planètes habitables pourraient (théoriquement) orbiter un trou noir

pilules medicaments

Une simple pilule pourra-t-elle bientôt guérir le diabète de type 2 ?