in

Le “nez qui coule” de cette femme était en fait une fuite de liquide cérébral

Crédits : U.S. Air Force photo illustration / Senior Airman Benjamin Stratton

Pendant des années, Kendra Jackson a lutté contre un nez qui coulait sans arrêt – elle reniflait et éternuait constamment, au point d’en perdre le sommeil. Il s’avère que ce n’était pas un rhume persistant, mais une fuite de liquide céphalo-rachidien.

En 2013, Kendra Jackson, 52 ans, originaire du Nebraska, était victime d’un accident de voiture, durant lequel son visage s’était cogné sur le tableau de bord de son véhicule. Plusieurs années après, des symptômes ont commencé à apparaître : un écoulement nasal sans fin, des maux de tête douloureux et des troubles du sommeil. Pendant des années, Kendra a lutté contre ce nez qui coulait sans arrêt. Elle pensait initialement qu’il s’agissait d’un simple rhume, mais les symptômes persistaient. Les médecins ont alors suggéré qu’il s’agissait probablement d’allergies saisonnières. C’était en fait bien pire que cela.

Il y a quelques semaines, des médecins lui ont finalement diagnostiqué une fuite de liquide céphalo-rachidien : le liquide aqueux entourant le cerveau déborde en effet par une déchirure dans le crâne, pour se déverser ensuite pas le nez ou les oreilles. Ici le nez, donc. Dans ce cas, la patiente perdait environ 0,25 litre de liquide par jour par le nez, selon les spécialistes. Elle a été opérée le 23 avril dernier par le neurochirurgien Dan Surdell, du centre médical de l’Université du Nebraska.

« Nous sommes passés par les narines », explique le médecin. « Nous utilisons pour cela des caméras et des instruments inclinés, pour nous amener là où nous devons aller ». L’idée était ici de prélever un morceau de tissu du corps de la patiente et de l’utiliser pour boucher un petit trou repéré dans la plaque cribriforme, un os très mince entre les cavités crâniennes et nasales. « J’ai utilisé du tissu de l’intérieur de son nez pour colmater la fuite », poursuit le médecin. « J’ai aussi emprunté de la graisse abdominale, un excellent agent de colmatage. Avec un peu de graisse, j’ai réussi à colmater la fuite ».

Kendra Jackson se sent aujourd’hui beaucoup mieux : « Je n’ai plus le nez qui coule, mais j’ai encore quelques maux de tête », a-t-elle déclaré à CNN. « Je me sens vraiment bien, et je suis capable de dormir un peu ».

Source

Le “nez qui coule” de cette femme était en fait une fuite de liquide cérébral
Notez cette actu