in

Ras-le-bol des piqûres ? Voici l’aspirateur à moustiques écolo made in France !

Crédits : capture Youtube / QISTA

Depuis quelques années, le moustique tigre est présent en France, avec les risques qui lui incombent concernant la propagation de maladies. Une start-up du sud de la France a mis au point une borne anti-moustiques fonctionnant sans insecticide.

En 2014, nous faisions état des préoccupations des autorités sanitaires françaises concernant la propagation du moustique tigre (Aedes Aegypti), vecteur de maladies telles que le chikungunya et la dengue. Si sa première observation remonte à 2004 à Nice, rappelons que Mathieu Planchenault, chargé de mission à l’Établissement Interdépartemental pour la Démoustication du Littoral Atlantique (EID Atlantique), avait déclaré qu’en 2030, le moustique tigre aurait étalé son aire d’influence sur tout le territoire français.

L’année 2014 coïncide également avec une invention brevetée de la start-up Techno Bam, basée à Aix-en-Provence. Il s’agit d’une borne anti-moustiques baptisée Qisla qui pourrait être une révolution en matière de lutte contre cet insecte. D’ailleurs, pourquoi ne pas y croire, tant le procédé d’utilisation semble ingénieux.

En effet, la borne Qista promet de faire « chuter de manière spectaculaire les attaques de moustiques », et simule la respiration humaine en émettant du CO2 tout en diffusant des leurres olfactifs dont le but est d’attirer les insectes nuisibles. Une fois à proximité de la borne, les moustiques sont aspirés dans une sorte de cheminée. Selon la start-up, le rayon d’efficacité a été mesuré à environ 60 mètres.

Le projet soutenu par le Parc naturel de Camargue et le Centre de recherche de la Tour du Valat a été expérimenté dans un village des Bouches-du-Rhône où 16 bornes ont réduit de 88 % les nuisances liées aux moustiques. Cependant, cette expérience a été critiquée, car le moustique tigre – une espèce plutôt urbaine – n’était pas très représenté dans la zone de test. Quoi qu’il en soit, la ville de Marseille a quant à elle investi dans les bornes Qisla afin de protéger ses crèches.

Sources : Sud OuestLa Provence