in

C’est quoi cette capsule temporelle qui sera bientôt envoyée sur la Lune ?

Crédits : iStock

L’an prochain, le projet Sanctuary enverra sur la Lune des machines ainsi qu’une sorte de capsule temporelle d’une masse totale de 700 grammes. Qu’est-ce que cette capsule et quel est son but ?

Baptisé Sanctuary, le projet est une mission privée d’exploration financée depuis 2014 par le constructeur automobile allemand Audi et le groupe de télécommunications britannique Vodafone. En 2019 pour le 50e anniversaire de la mission Apollo 11, il est prévu d’envoyer sur la Lune l’atterrisseur Alinea ayant participé au Google Lunar X Prize, ainsi que le rover lunaire fabriqué par Audi, à savoir le Audi Lunar Quattro.

S’il n’est pas question d’envoyer à nouveau l’Homme sur la Lune, une capsule temporelle sera bel et bien du voyage. Il s’agit d’un cube d’une dizaine de centimètres d’arête renfermant 17 disques de saphir industriel pour un poids total de 700 grammes. Ces disques ont leur surface gravée à l’aide de pixels noirs et blancs 50 fois plus fins qu’un cheveu. Illustrations, textes, données codées et diagrammes seront donc inscrits sur ces disques, des informations concernant les deux génomes humains, la Science en général, ainsi que l’art humain.

Crédits : www.sanctuaryproject.eu/

Évidemment, ces disques de saphir ne sont pas sans rappeler les Voyager Golden Record ayant été embarqués à bord des sondes Voyager 1 et 2 dans les années 1970, une sorte de bouteille à la mer interstellaire. En revanche, ces nouveaux disques ont un autre but, comme l’indique Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA (Commissariat à l’Énergie Atomique) faisant partie du projet Sanctuary :

« Ce n’est pas pour communiquer avec les extraterrestres du futur ! Mais pour transcender les barrières du temps. »

Il est donc question de laisser une trace à destination des humains du futur, mais également de communiquer avec l’humanité actuelle, puisque le public est invité à participer à l’aide de dessins, de selfies et autres. Les disques en question seront déposés sur la Lune en attendant d’éventuels découvreurs.

Enfin, évoquons le fait que l’atterrisseur Alinea ne se posera pas sur le site d’alunissage d’Apollo 11, mais sur celui d’Apollo 17, plus précisément dans la région de Taurus Littrow. Par ailleurs, des discussions sont actuellement en cours avec SpaceX pour assurer cette mission via la fusée Falcon 9, et ce depuis le site de lancement de Cap Canaveral.

Sources : Le FigaroFutura Sciences

Notez cet article