in

Alors qu’une vague de froid s’apprête à frapper l’Europe, il a dégelé au nord du Groenland en pleine nuit polaire !

Alors que l’air froid s’apprête à déferler sur l’Europe sous l’influence d’un vigoureux flux de nord-est d’ici la semaine prochaine, les températures près du pôle nord sont anormalement élevées. Entre mardi et mercredi, la température sur la pointe nord du Groenland est passée au-dessus du 0 °C en pleine nuit polaire. Un record pour cette période de l’année. Par la même occasion, l’étendue de la banquise connaît sa valeur la plus basse pour une fin février depuis le début des mesures satellitaires. 

La station du Cap Morris Jesup est la station météorologique située le plus au nord sur le globe. Elle se situe à l’extrême nord du Groenland à environ 700 kilomètres du pôle géographique. Entre le 20 et le 21 février dernier, cet endroit a subi une envolée de la température qui s’est élevée au-dessus du 0°C, atteignant jusqu’à plus de 2 °C. Tout ceci en plein moins de février ! C’est évidemment un record mensuel pour cette station qui, jusqu’alors, avait connu son dégel le plus précoce au tout début du mois de mai. Ce record a été permis par la remontée d’une masse d’air très douce en flux de sud à sud-est, probablement conjuguée à un effet de foehn local (réchauffement de l’air par compression lorsqu’il descend la pente d’un relief).

Relevés de température à la station du Cap Morris Jesup. En bleu, les années entre 1981 et 2016. En vert, le relevé de l'année 2017 et en rouge celui de l'année 2018. Source : https://twitter.com/rarohde

Relevés de température à la station du Cap Morris Jesup. En bleu, les années entre 1981 et 2016. En vert, le relevé de l’année 2017 et en rouge celui de l’année 2018. Source : https://twitter.com/rarohde

Cet extrême chaud se place dans un contexte plus large où le bassin arctique connait des températures anormalement élevées (parfois 30 °C supérieurs aux normales !), tandis que l’air froid est déplacé vers des latitudes plus basses. En témoigne le coup de froid attendu sur l’Europe et notre pays au cours des prochains jours. Ces grands mouvements des masses d’air sont permis par l’amplification d’une circulation anticyclonique vers les latitudes polaires. L’air doux et humide est advecté vers le pôle nord sur son flanc ouest tandis que l’air froid d’origine continentale est advecté vers le sud sur son flanc est. Un mouvement de balancier à très grande échelle en quelque sorte. En conséquence, durant ces configurations, les échanges énergétiques entre le pôle et les tropiques sont maximisés.

Anomalies de circulation à grande échelle le 22 février dernier. En rose, l'endroit approximatif de la station. En rouge : anomalie anticyclonique. En bleu : anomalie dépressionnaire. Des annotations ont été rajoutées pour simplifier la lecture. Source : www.meteociel.fr

Anomalies de circulation à grande échelle le 22 février dernier. En rose, l’endroit approximatif de la station. En rouge : anomalie anticyclonique. En bleu : anomalie dépressionnaire. Des annotations ont été rajoutées pour simplifier la lecture. Source : www.meteociel.fr

Selon les modèles, l’air doux -proche du point de congélation- devrait continuer à affluer vers le centre du bassin arctique avec une vigueur exceptionnelle ce week-end, ce qui n’arrangera pas l’état de la banquise déjà à un niveau record de faible extension. L’air froid quant à lui continuera à dégouliner sur le continent Européen. Remarquons aussi que, en moyenne sur l’hémisphère, les anomalies froides ne rivaliseront pas avec les anomalies chaudes. Cette asymétrie entre chaud et froid est une matérialisation de l’effet du réchauffement global. Alors que des vagues de froid continueront à se produire ici et là dans le futur, elles seront largement compensées par des excès chauds ailleurs sur le globe.

Anomalie de température prévue par le modèle GFS et moyennée sur les 7 prochains jours. L'hémisphère nord est presque à 1 °C d'anomalie chaude. Source : http://www.karstenhaustein.com/climate

Anomalie de température prévue par le modèle GFS et moyennée sur les 7 prochains jours. L’hémisphère nord est presque à 1 °C d’anomalie chaude. Source : http://www.karstenhaustein.com/climate

Alors qu’une vague de froid s’apprête à frapper l’Europe, il a dégelé au nord du Groenland en pleine nuit polaire !
Notez cette actu