in

Japon : des chercheurs découvrent un remède contre la calvitie !

Crédits : Max Pixel

Des scientifiques nippons ont déclaré avoir mis au point une méthode permettant de cultiver des follicules capillaires très rapidement. Il s’agirait alors d’un possible remède contre la calvitie, pouvant également venir en aide aux personnes perdant leurs cheveux pour cause de chimiothérapie ou autres maladies.

Et si le fameux remède miracle tant attendu par une partie des hommes chauves arrivait enfin ? C’est en tout cas ce que pense le professeur Junji Fukuda de l’Université nationale de Yokohama (Japon). Dans le cadre de ces recherches, l’équipe nippone a réussi à cultiver des germes de follicules pileux (HFG), à l’origine des cavités où les cheveux naissent et sont nourris. Pour ce faire, les scientifiques ont utilisé des petits récipients de silicone et deux types de cellules.

La méthode est présentée comme révolutionnaire face aux techniques déjà existantes, dont la plus performante permet de créer une cinquantaine de ces germes à la fois, une cadence jugée laborieuse. Concernant la nouvelle méthode, les chercheurs estiment que les premiers tests sur les humains se feront d’ici à cinq ans et que si tout se déroule bien, un remède devrait voir le jour dans une décennie.

Ainsi, l’espoir semble permis comme l’indique le compte rendu des travaux publiés dans la revue Biomaterials. Il faudra simplement être patient pour les personnes n’acceptant pas leur calvitie ou celles suivant une chimiothérapie et désirant retrouver une capillarité digne de ce nom.

« Les cliniques spécialisées utilisent souvent des cheveux de la nuque pour les planter sur les zones frontales dégarnies. Le problème c’est que cela n’accroît pas le volume total de cheveux. Les traitements médicamenteux existants peuvent ralentir la chute des cheveux, mais ne parviennent pas forcément à inverser le processus », a expliqué le principal meneur de l’étude.

Enfin, il faut savoir que les chercheurs ont utilisé un « polymère organominéral de la famille des siloxanes », qui n’est autre que le diméthylpolysiloxane, communément utilisé par les restaurants de fast-food pour cuisiner les frites et dont le but est d’éviter que l’huile ne mousse pendant la cuisson.

Sources : Science DailyHuffington Post20 Minutes