in

Comment cette île artificielle pourrait sauver le lac Tchad de la sécheresse

Crédits : Hermann Kamte

Le lac Tchad, considéré comme étant le fragile poumon écologique du Sahel est en train de s’assécher, mettant en péril les populations et la biodiversité environnantes. Un cabinet d’architecture camerounais propose d’y établir une île artificielle qui remplirait une fonction de désalinisation en vue de remplir le lac avec l’eau de l’océan.

En mars 2016, le quotidien L’Humanité avait publié un article faisant état de la situation du lac Tchad, subissant de fortes fluctuations sous l’effet du changement climatique. En effet, ce dernier est aujourd’hui malheureusement réduit au dixième de sa surface initiale ! Alors qu’il est question de transférer l’eau du fleuve Congo vers le lac Tchad, cette solution s’avère très compliquée à réaliser.

Le cabinet d’architecture camerounais Hermann Kamte (HKA) propose une autre alternative : bâtir une île artificielle capable de dessaler l’eau de mer. L’idée est d’acheminer l’eau de l’océan Atlantique situé à environ un millier de kilomètres dans le Golfe de Guinée et déverser cette dernière dans le lac Tchad après désalinisation.

L’île artificielle, baptisée The Forgotten – Dead or Alive est un projet d’envergure. Il s’agit de connecter cette île posée sur le lac à une conduite d’adduction d’eau reliée à l’océan. Au-delà de la station de désalinisation, la structure devrait également être dotée d’un centre d’études des eaux afin de mieux comprendre l’écologie du lac et accélérer le processus de reconstitution.

Crédits : Hermann Kamte

Alors que la survie du lac Tchad est aujourd’hui assurée timidement par un dispositif de pompage, le but est de se passer de ce dernier vers 2080. Rappelons tout de même que cette zone est déjà sous tension, car la superficie du lac est passée de 25 000 km² en moyenne à moins de 2 000 km² entre les années 1960 et 2000. Une véritable catastrophe écologique alors que la population vivant au bord de cette étendue d’eau a doublé pour atteindre les 20 millions d’habitants sur quatre pays (Tchad, Niger, Nigeria et Cameroun).

Sources : Science & VieBatiactu

Notez cet article