in ,

Voici 8 façons d’éviter la grossesse au temps de la Chine ancienne

Crédits : Wikipedia

Aujourd’hui, une femme qui ne veut pas mettre d’enfants au monde trouvera de nombreuses façons de l’éviter. Dans la Chine ancienne, diverses méthodes étaient également utilisées et les femmes avaient le choix, bien que certaines méthodes étaient très dangereuses.

La Chine ancienne est définie par le début du règne de la dynastie des Qin (221 av J.-C.) jusqu’à la fin du règne de la dynastie des Ming en 1644. Voici quelques méthodes utilisées afin d’éviter la grossesse durant près de deux millénaires en Chine.

Dans la Chine ancienne, on pensait que frotter du musc avait des propriétés contraceptives. Des documents historiques stipulent que Zhao Feiyan et Zhao Hede, deux concubines de la cour de l’empereur Chendi (51 av J.-C. – 7 av J.-C.) parvenaient à contrôler leur grossesse de cette façon.

Nous retrouvons le musc, qui n’est autre que la substance issue des glandes abdominales de divers animaux (utilisées notamment en parfumerie) dans une autre méthode : la soupe aux plantes médicinales – ou Liangyao – dont la recette a malheureusement été perdue au fil du temps.

Du côté des remèdes traditionnels préventifs, citons l’utilisation du pédicule de kaki, le fruit du plaqueminier du Japon dont la consommation est encore aujourd’hui très répandue. À l’époque, la tradition voulait que l’on broie sept pédicules de kakis séchés. La solution obtenue était alors trempée dans de l’eau bouillante et consommée durant sept jours par les femmes.

Les archives culturelles chinoises font état d’une méthode assez étonnante relevant encore de la croyance : le nettoyage du vagin des femmes à l’aide d’une préparation composée de plantes et de safran, une épice très connue originaire de Crète. Selon les documents, l’empereur qui ne voulait pas se reproduire avec les concubines de sa cour demandait à un eunuque de s’occuper du lavement après les relations sexuelles.

Parfois, les femmes recevaient comme conseil de boire du mercure chaud afin de prévenir la grossesse, une solution disons-le efficace. Malheureusement, cet élément chimique étant comme chacun sait très toxique, causait de nombreux problèmes de santé (amnésies, douleurs chroniques) qui pouvaient conduire jusqu’au décès.

Toujours dans la gamme des produits toxiques, évoquons certaines substances telles que la strychnine, parfois utilisée comme dopant car stimulant le système nerveux central et augmentant l’amplitude respiratoire à dose moyenne. Dans la Chine ancienne, de faibles doses administrées aux femmes permettaient de tuer le fœtus dans l’utérus, mais conduisaient à une stérilité irréversible.

De la même façon que nous utilisons aujourd’hui les préservatifs en latex, ce moyen existait également dans la Chine ancienne. Cependant, ces préservatifs étaient faits d’intestins de mouton, de poumons de poissons ou encore en coton ou en soie.

Enfin, la dernière méthode à évoquer n’a rien d’exceptionnel car celle-ci, bien que son fonctionnement soit très relatif, est très utilisée aujourd’hui : la Méthode Ogino et Knaus qui consiste à éviter les rapports durant la période de fécondabilité, correspondant à la période du cycle menstruel féminin pendant laquelle une relation sexuelle peut être fécondante.

Sources : Chine InformationsChina Whisper

Voici 8 façons d’éviter la grossesse au temps de la Chine ancienne
Notez cette actu