in ,

Ces start-up utilisent l’intelligence artificielle pour une future humanité végane

Crédits : The Not Company

Évidemment pour devenir végane ou tout simplement végétarien, il faut le vouloir et cela relève du choix personnel. Cependant, plusieurs start-up ont la vision d’une future humanité qui abandonnerait totalement la consommation de produits d’origine animale. Dans cette optique, ces dernières travaillent sur des méthodes assez incroyables.

Utiliser des molécules animales et l’intelligence artificielle pour recréer à l’identique les aliments issus d’animaux que nous consommons actuellement, telle est l’idée de certaines start-up, comme le rapporte la BBC. Reproduire à l’identique de telles denrées serait un moyen de contrer les arguments avancés par les consommateurs mettant en avant leur plaisir gustatif. Bien qu’il existe de nombreux substituts – les saucisses végétariennes par exemple – il est tout de même possible de comprendre que la plupart des consommateurs ne sont pas séduits.

La BCC évoque des « robots en cours de perfectionnement » dotés d’une intelligence artificielle dont la mission est de produire des copies parfaites des différents aliments, que ce soit au niveau des saveurs, de la texture ou encore de la structure moléculaire. Citons par exemple la société NotCo créée par des entrepreneurs chiliens qui développe actuellement un robot baptisé Giuseppe.

La start-up NotCo reproduit de la mayonnaise identique à l’originale mais 100 % végétale
Crédits : NotCo

Si les fondateurs de cette société reconnaissent volontiers que leurs recherches sont lentes, le travail ne s’arrête pas pour autant et l’objectif devrait un jour être atteint. Par exemple, le robot en question travaille sur un chocolat au lait “sans lait” dont la composition peut prêter à sourire au premier abord : brocolis, baies de Goji, champignons et noix. Le but est pourtant clairement de recréer n’importe quel aliment seulement à partir de molécules végétales. Avant le chocolat, Giuseppe est parvenu à reproduire de la mayonnaise, du lait ou encore de la pâte à cookies, mais selon NotCo, les aliments solides sont bien plus difficiles à recréer à la perfection, en tout cas pour l’instant.

Pourquoi utiliser l’intelligence artificielle dans ce travail de reproduction culinaire ? La première société à avoir mis au point la viande synthétique, Hampton Creek (rebaptisée Just), portant les mêmes objectifs que NotCo, ne jure que par ces IA intégrant des algorithmes capables de comprendre la structure d’un aliment et trouver des molécules de substitution dans une base de données de végétaux.

Si la perspective de recréer parfaitement les aliments d’origine animale est intéressante d’un point de vue écologique et finalement gustatif, la question se pose de savoir si dans le futur, un tel remplacement pourrait réellement avoir lieu. Par ailleurs, Hampton Creek était au cœur d’une polémique durant l’été 2017 en ce qui concerne l’utilisation de sérum fœtal bovin (FBS) dans la production de la viande artificielle, qui est le seul moyen d’y parvenir en l’état des connaissances actuelles.

Le mieux n’est-il pas finalement d’être simplement végane ou végétarien pour les personnes désirant faire ce choix ? Chacun se fera son opinion.

Sources : BBCSlate

Ces start-up utilisent l’intelligence artificielle pour une future humanité végane
Notez cette actu