in ,

Au Japon, un drone “chasse” les travailleurs qui font trop d’heures supplémentaires

Crédits : Taisei

Afin de lutter contre le « karoshi », c’est-à-dire la mort par surmenage au travail, le Japon a présenté un drone dont la mission semble surréaliste. En effet, la machine est vouée à inciter les travailleurs à quitter leur entreprise et leur éviter de faire trop d’heures supplémentaires.

Au Japon, la relation avec le travail est spéciale, loin de nos standards occidentaux. Par exemple, la culture de l’entreprise est très présente, les employés participent souvent à des activités ensemble, la notion de hiérarchie y est très forte et bien sûr, le présentéisme est quelque chose qui est perçu comme une preuve de loyauté envers son patron.

Ainsi, les heures supplémentaires (parfois plus de 100 heures par mois) sont un phénomène très présent au Japon, malheureusement accompagné de dérives dont la plus connue est le karoshi, un terme désignant la mort subite de cadres ou d’employés de bureau par AVC ou crise cardiaque (voire le suicide) à la suite d’une charge de travail (ou d’un stress) trop important. Il faut tout de même savoir que le karoshi est reconnu comme étant une maladie professionnelle dans ce pays, et ce depuis les années 1970.

Des scandales font surface de temps à autre, le dernier en date concernant la récente divulgation de la mort d’une journaliste de la chaîne de télévision NHK âgée de 31 ans, décédée d’une crise cardiaque en 2013. La jeune femme avait effectué 159 heures supplémentaires dans le mois et avait seulement pris deux malheureux jours de repos. Le gouvernement du Japon a déclaré 191 victimes de karoshi en 2016 et un combat est mené depuis quelques années afin de réduire ce genre de statistiques peu flatteuses.

Le dernier projet en date a été mené par la société locale de BTP Taisei, en collaboration avec Blue Innovation, un fabricant de drones basé aux Pays-Bas. Ensemble, ces sociétés ont fabriqué un drone nommé T-Frend, capable de naviguer dans les bureaux et d’inciter les employés à quitter leur travail après une certaine heure. La machine joue alors la célèbre musique Hotaru no Hikari (« Ce n’est qu’un au revoir » en français), une mélodie habituellement jouée lors de la fermeture des magasins au Japon.

La mission du drone est d’une part de signifier qu’il faut arrêter de travailler mais également de se montrer dérangeant envers les irréductibles qui voudraient tout de même faire trop d’heures supplémentaires.

Sources : Futura SciencesLe Figaro

Au Japon, un drone “chasse” les travailleurs qui font trop d’heures supplémentaires
Notez cette actu