in

Plus de 1 500 squelettes datant du Moyen Âge découverts en République tchèque

Crédits : J. Frolík/CAS Institute of Archaeology

Une équipe d’archéologues annonce la découverte en République tchèque d’une trentaine de fosses contenant au total plus de 1 500 squelettes datant du Moyen Âge. Un record en Europe.

Jan Frolík, de l’Institut d’Archéologie de l’Académie tchèque des sciences, annonce une découverte macabre : une trentaine de fosses médiévales contenant au total plus de 1 500 squelettes, retrouvées suite à des travaux de réparation actuellement en cours sur l’ossuaire de Sedlec, une chapelle située dans la banlieue tchèque de Kutna Hora. Le sol de la chapelle se trouve en effet sous le niveau du sol. Pendant l’excavation dans le cimetière environnant, les ouvriers sont alors tombés sur la partie inférieure du bâtiment où les squelettes ont été découverts, reposants sur tout le côté nord de l’ossuaire, et partiellement les côtés est et ouest. Il semblerait que les fondations de la chapelle, construite vers 1400, aient été creusées sans connaissance des tombes situées juste en dessous.

Les tombes, des fosses mesurant 2 mètres carrés pour environ 2,5 à 3 mètres de profondeur, datent de deux époques distinctes du XIVe siècle. Les chercheurs ont dans un premier temps relié les fosses les plus anciennes à une famine qui a balayé la région vers 1318. Une seconde série de fosses, plus récentes, ont été datées à 1348-1350, époque où la peste noire sévissait dans la région. Des millions de personnes sont en effet mortes à ces époques, victimes de ces maladies ravageuses ; des fosses ont été découvertes et fouillées dans toute l’Europe. Ces sépultures nouvellement découvertes n’étaient par ailleurs pas marquées. Le manque de biens funéraires — en dehors d’une poignée de pièces de monnaie et de quelques boucles de métal — indique alors que les restes ont été probablement enterrés à la hâte.

Crédits : J. Frolík/CAS Institute of Archaeology

Les chercheurs prévoient maintenant d’étudier ces ossements plus en détails. Une étude minutieuse qui pourrait fournir de précieuses données démographiques sur la région durant ces deux courtes périodes. Des analyses isotopiques permettront également d’en apprendre davantage sur les habitudes alimentaires de ces personnes, ainsi que sur l’environnement dans lequel elles vivaient. Il est par ailleurs possible qu’il y ait plus de tombes sous la chapelle, mais il restera difficile de poursuivre les fouilles sans endommager l’ossuaire.

Source

Notez cet article