in

Il ne vous reste plus que quelques jours si vous voulez envoyer votre nom sur Mars !

Crédits : Nasa

Dans quelques mois, l’atterrisseur InSight se dirigera vers la planète rouge avec à son bord des instruments scientifiques ainsi que deux puces contenant le nom de centaines de milliers de terriens. Il n’est encore trop tard pour faire voyager votre nom dans l’espace !

La mission InSight de la NASA est prévue pour mai 2018 et l’atterrisseur emportera sur Mars une station géophysique renfermant un sismomètre et un capteur de flux de chaleur ayant la capacité de s’enfoncer jusqu’à 5 mètres sous la surface du sol.

L’atterrisseur, qui arrivera en novembre de la même année, emportera également deux micro-puces sur lesquelles seront gravés les noms de terriens. Selon la NASA, si la première puce est complète avec 827.000 noms de famille, la seconde a encore de la place disponible et les personnes intéressées peuvent encore, si elles le souhaitent, se rendre sur la page officielle de la mission InSight afin de remplir (gratuitement) le formulaire d’inscription. En revanche, il faut se presser ça les demandes ne seront plus acceptées après le 1er Novembre 2017.

Crédits : NASA

Rappelons que le but de la mission InSight, accusant un retard de deux ans, est d’étudier le sous-sol de la planète Mars. Le report du lancement annoncé en 2016 était dû à une défaillance du conteneur ayant pour but de maintenir le vide dans lequel est situé le sismomètre, par ailleurs construit par l’Agence spatiale française (CNES).

C’est grâce à ce sismomètre que les chercheurs estiment pouvoir affirmer si le noyau de la planète rouge est liquide ou solide. Il s’agit également de comprendre pourquoi Mars n’a pas une tectonique active comme c’est le cas de notre planète et comment son champ magnétique a disparu.

La dernière mission à avoir tenté d’apporter des réponses à ces interrogations date de 1975. En effet, les sondes du programme Viking étaient parvenues à déployer deux sismomètres sur Mars mais malheureusement, ces instruments avaient mal fonctionné et les résultats n’ont pas été au rendez-vous.

Sources : Space.comSciences et Avenir