in

Nos larmes et notre salive seraient génératrices d’électricité !

Crédit : pics_pd / Pixnio

Par contrainte mécanique, certains matériaux détiennent la capacité de se polariser électriquement et de produire de l’électricité ! Ce processus appelé piézoélectricité est couramment utilisé pour le fonctionnement de nombreuses technologies : le vibreur des téléphones portables, les sonars ou encore l’imagerie à ultrasons ! On sait que les os, les tendons et le bois sont des matériaux favorables à la piézoélectricité. Des chercheurs viennent d’en découvrir un nouveau et il va vous surprendre : vos larmes et votre salive seraient elles aussi génératrices d’un courant électrique !

On doit cette découverte à une équipe de chercheurs irlandais issus de l’Institut Bernal, à l’Université de Limerick ! En s’intéressant à une protéine présente dans les blancs d’œufs, mais aussi dans les larmes et la salive, ils se sont rendu compte que sa compression produisait de l’électricité ! Publiée dans le journal Applied Physics Letters, l’étude explique que cette protéine cristallisée, le lysozyme, détient une piézoélectricité similaire à celle du quartz !

Crédits : Wikimédia /Lysozyme cristallisé

Le lysozyme est une protéine globulaire composée d’une centaine d’acides aminés. Elle intervient dans la défense antibactérienne et est produite par les cellules du système immunitaire, c’est un antibiotique à l’origine totalement naturelle. Les cristaux de lysozymes sont des structures très faciles à obtenir. Produits par cristallisation, ces cristaux sont connus depuis 1965, mais n’avaient jusqu’alors aucunement démontré un pouvoir de piézoélectricité.

Cette protéine d’origine biologique n’est aucunement toxique et permettrait de créer de nouvelles technologies utilisées dans le cadre médical, tel que le revêtement d’implant. Elle permettrait de créer naturellement un pouvoir électrique utilisable par exemple dans l’actionnement d’une pompe contrôlant la libération de médicaments spécifiques. Elle pourrait aussi substituer l’utilisation d’autres matériaux malheureusement néfastes pour l’environnement, mais énormément utilisés pour leur propriété piézoélectrique. C’est le cas du plomb par exemple.

Source

Nos larmes et notre salive seraient génératrices d’électricité !
Notez cette actu