in

Et si notre coeur devenait notre mot de passe inviolable ?

Crédit : iStock

Et si le cœur de notre organisme était le meilleur moyen d’identification ? Organe indispensable à notre survie, il semblerait qu’il puisse détenir une seconde fonction dans notre quotidien. Son unicité pourrait le convertir en outil biométrique qui nous ouvrirait les portes de notre smartphone et même de notre ordinateur !

C’est une information surprenante à première vue, mais pourtant bien réelle ! Des chercheurs de l’Université de Buffalo (États-Unis) viennent de dévoiler une nouvelle invention novatrice : le Cardiac Scan, un outil visant à numériser la géométrie, la taille et le rythme de notre cœur dans le but de permettre notre identification à nos outils numériques !

La biométrie permet l’identification de personnes en fonction de leurs critères biologiques tels que des empreintes digitales, une odeur ou encore la reconnaissance faciale et vocale. Elle rassemble généralement des critères uniques, difficilement falsifiables. C’est donc dans ce contexte que Wenyao Xu, chercheur au département de l’Informatique et de l’Ingénierie de l’Université de Buffalo, et son équipe, créèrent le Cardiac Scan.

Crédits : geralt /Pixabay

Trois années après le lancement du projet, le premier prototype est enfin mis sur pied. Composé d’un radar Doppler 2,4 GHz, d’un capteur de pouls et d’une ceinture de fréquence cardiaque, ce nouvel outil biométrique ne prend que huit secondes pour identifier un individu. Passif et automatique, il reste actif tant que l’utilisateur reste devant son smartphone ou son ordinateur, puis s’éteint dès qu’il s’en éloigne. L’outil ne nécessite ni contact ni mots de passe, mais uniquement la présence de l’individu pour fonctionner.

Sur 78 participants, 98 % ont réussi à être identifié par le Cardiac Scan. Les ondes émises par l’outil seraient beaucoup moins puissantes qu’un signal Wi-Fi et ne perturberaient donc pas le sujet. Maintenant, un nouveau défi reste à révéler : miniaturiser le dispositif pour qu’il tienne dans un smartphone ou un ordinateur.

Source

Notez cet article