in

Un “objet de masse planétaire” se cacherait dans les limites extérieures du système solaire

Crédits : Heather Roper/LPL

Selon de nouvelles recherches, un « objet de masse planétaire » inconnu et invisible pourrait se cacher dans les limites extérieures de notre système solaire. Cet objet est néanmoins beaucoup plus proche que la supposée planète 9, dont l’existence attend encore confirmation.

Les astronomes Kat Volk et Renu Malhotra, du Laboratoire lunaire et planétaire de l’Université d’Arizona, en sont convaincus : il y aurait bien un corps d’une masse avoisinant celle de Mars dans les abords extérieurs de notre Système, dans la ceinture de Kuiper. Pour l’heure invisible, cet hypothétique objet aurait trahi sa présence en influençant les plans orbitaux d’une population de roches spatiales connues dans la banlieue glacée du système solaire.

Alors que la plupart des débris de la ceinture de Kuiper, qui s’étend au-delà de l’orbite de Neptune entre 30 et 55 unités astronomiques (1 UA = environ 150 millions de km), orbitent autour du soleil selon des inclinaisons orbitales normalement définies, les chercheurs ont récemment découvert que les plans orbitaux de certaines roches s’étaient éloignés d’environ huit degrés. En d’autres termes, quelque chose d’inconnu déforme le plan orbital moyen du système solaire externe. « L’explication la plus probable qui pourrait expliquer nos résultats est qu’il y a là-bas une masse invisible », annonce Volk, principal auteur de l’étude. « Selon nos calculs, quelque chose d’aussi massif que Mars pourrait être responsable des anomalies que nous avons mesurées ».

Comme sa cousine du système solaire intérieur, la ceinture d’astéroïde entre Mars et Jupiter, la ceinture de Kuiper héberge un grand nombre de planètes mineures, principalement de petits corps glacés (les précurseurs des comètes) et quelques planètes naines. Pour cette étude, les deux chercheurs ont analysé les angles d’inclinaison des plans orbitaux de plus de 600 objets afin de déterminer les différentes « oscillations » dans l’orientation de ces objets tournants. Malgré ces oscillations, les chercheurs s’attendaient néanmoins à ce que la moyenne des plans orbitaux reste perpendiculaire au plan déterminé par le soleil et les grandes planètes. Or, entre 50 et 80 UA, il semblerait que « quelque chose » vienne perturber toute cette mécanique céleste normalement bien huilée.

Un objet de masse planétaire serait ainsi capable d’engendrer les perturbations observées. Pour les chercheurs, cet objet se situerait à environ 60 UA du soleil sur une orbite inclinée d’environ huit degrés (au plan moyen des planètes connues) et pourrait influencer son environnement sur environ 10 UA. Ils excluent au passage la responsabilité de l’hypothétique planète 9, censée quant à elle orbiter à environ 700 UA du Soleil.

Source

Notez cet article