,

La guerre du futur : les armes à énergie dirigée

Crédits : Star Wars

Dans un futur plus ou moins proche, les armes à énergie dirigée feront partie intégrante des arsenaux militaires. Cependant, cette technologie est déjà présente, faisant l’objet de recherches très sérieuses. En quoi cette technologie consiste-t-elle et que sont ces armes ?

Le rapport Chocs Futurs élaboré par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) estime dans un de ses scénarios pour 2030 que des « armes à énergie dirigée » seront mises au point et capables par exemple de neutraliser une ville entière par le biais de puissantes impulsions électromagnétiques.

Les armes à énergie dirigée sont capables d’émettre de l’énergie dans une direction souhaitée sans faire appel à des projectiles. Capables d’atteindre une cible à grande distance, ces armes peuvent être mortelles ou non pour l’homme suivant l’effet recherché. Les armes à énergie dirigée peuvent contenir différents types d’énergie, que ce soit les ondes radio, les micro-ondes, les lasers et les masers (rayonnement électromagnétique) ainsi que les faisceaux de particules de type plasma, protons ou neutrons. Ces armes peuvent également intégrer du son dans le cas des armes soniques.

En un demi-siècle, ces armes sont devenues bien réelles comme l’explique Bernard Fontaine, le directeur de recherche émérite au CNRS, dans son ouvrage Les armes à énergie dirigée, mythe ou réalité ? (2011). L’intéressé fait un état des lieux des différentes armes en cours de développement, évoque une accélération importante dans ces recherches et estime qu’il se passera tout de même un certain temps avant que de telles armes puissent remplacer les armes conventionnelles actuellement utilisées.

Si les armes actuelles font déjà peur, celles dont nous parlons ici franchissent un sérieux palier. Lorsque l’on évoque des termes tels que « canon plasma » ou « laser femtoseconde », personne ne peut être rassuré ! Selon Bernard Fontaine, ces lasers femtosecondes actuellement en développement à but militaire sont par exemple des lasers à durée extrêmement courte, à savoir quelques dizaines de femtosecondes (10 puissance -15 secondes) et de très grande puissance puisque l’on parle ici de dizaines de térawatts (10 puissance 12 W). Ces lasers sont capables de générer des champs électriques extrêmement élevés à grande distance. Et pourtant, cette technologie est aujourd’hui déjà utilisée dans le civil, en chirurgie ophtalmologique !

Ceci n’est qu’un exemple, mais ces armes prennent un visage multiple alors que leur but est soit stratégique, tactique ou dissuasif (non létal). Sans surprise, l’institution la plus active dans ce domaine n’est autre que la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA), agence du département de la Défense des États-Unis chargée de la recherche et développement des nouvelles technologies destinées à un usage militaire. Celle-ci désire vraisemblablement être à l’origine d’une guerre du futur comme on le voit parfois dans les films de science-fiction.

À lire également : La guerre du futur : robots soldats et terrorisme technologique

Sources : Planète Info TVRP Defense