in

Cette planète qui erre à travers l’espace est treize fois plus massive que Jupiter !

Vue d'artiste de SIMP0136 (Crédit image : NASA / JPL)

Selon de nouvelles observations, SIMP0136, qui était considérée jusqu’ici comme une naine brune a vu sa masse réévaluée. Verdict, il s’agit désormais d’une planète errante. Qu’est-ce que cela change ?

Située dans la constellation des Poissons et à proximité du soleil, l’astre SIMP0136 a toujours été considéré comme une naine brune depuis sa découverte en 2006, c’est-à-dire comme une étoile pas assez massive pour que se déclenchent en elle les réactions nucléaires permettant de la faire briller pour longtemps.

Une étude publiée récemment dans la revue The Astrophysical Journal Letters indique que la masse de l’astre est bien plus faible que l’on imaginait. Désormais, les scientifiques considèrent SIMP0136 comme une simple planète errante. Cependant, sa masse est tout de même treize fois plus importante que celle de Jupiter !

« Cette nouvelle addition au club très sélect des planètes errantes est particulièrement remarquable, car on connaît très peu de tels objets qui présentent une variabilité photométrique », indique Étienne Artigau dans un communiqué de l’Institut de recherche sur les exoplanètes (iREx), coauteur de l’étude qui a découvert l’astre il y a une dizaine d’années.

SIMP0136 fait partir de ce que l’on nomme une association stellaire, ici le Groupe mouvant de la Proche-Carène composé d’étoiles, de naines brunes et de planètes errantes dont l’âge se situe autour de 200 millions d’années. Ce type d’association stellaire est parfait pour chercher les planètes errantes encore inconnues aujourd’hui. Ces dernières sont généralement des corps gazeux se situant entre 10 000 et 20 000 années-lumière de la Terre et ne font partie d’aucun système solaire.

Ces planètes solitaires parfois accompagnées d’étoiles et de naines brunes dans le cadre d’associations stellaires auraient la curieuse particularité d’être en orbite autour du point central de notre galaxie et non autour d’une étoile.

Les astrophysiciens voient un intérêt à étudier ces planètes errantes, car leur atmosphère est facile à observer. En effet, leur lumière n’est pas noyée dans celle d’une étoile comme c’est le cas pour les exoplanètes classiques.

« Cette indication que l’astre bien connu SIMP0136 est une planète errante nous permettra de mieux comprendre l’atmosphère des planètes géantes gazeuses et comment elles évoluent », estime Étienne Artigau.

Sources : Université de MontréalSciences et Avenir

Notez cet article