in

La vidéo fascinante d’un moteur à combustion en pleine action

Crédits : Capture vidéo

Vous êtes-vous déjà demandé ce qui se passait exactement sous votre capot ? La combustion d’un moteur est quelque chose de particulièrement fascinant comme en témoigne cette vidéo filmée en slow-motion d’un moteur à combustion en pleine action.

Les moteurs à combustion interne équipent les automobiles, les avions, les motos, les tondeuses à gazon et d’autres machines. Ils fonctionnent grâce à la combustion d’un carburant, généralement de l’essence. La vidéo ci-dessous publiée par le youtubeur Matt Mikka nous explique le processus ralenti 150 fois du moteur à quatre temps. Vous verrez alors que tous les processus que nous tenons pour acquis dans notre vie de tous les jours deviennent particulièrement fascinants dès lors que vous les ralentissez.

Pourquoi un moteur à quatre temps ? Parce qu’un cycle se fait en deux allers/retours de piston. Le cycle se décompose ainsi en quatre étapes : Admission/Compression/Détente-Explosion/Échappement (voir détails ci-dessous). En attendant, profitez de ces images :

Étape 1 : L’admission

Durant l’admission, la soupape d’échappement est fermée et la soupape d’admission est ouverte. Le piston descend donc créer une dépression permettant d’aspirer le mélange air/essence venant du carburateur.

Étape 2 : La compression

À cette étape, les deux soupapes sont fermées rendant la culasse hermétique. Le piston remonte et comprime le mélange air/essence. Cette simple compression va élever le mélange carburé à une température de 300 °C environ. Si la température s’élève encore de 100 °C supplémentaires, le mélange risque de s’enflammer spontanément. C’est ce qu’on appelle l’auto-allumage.

Étape 3 : La détente (ou explosion)

Une fois le piston arrivé à son point le plus haut, une étincelle jaillit entre les électrodes de la bougie provoquant l’inflammation des gaz. Il en résulte une élévation de la pression et de la température poussant alors le piston qui redescend vers son point le plus bas. Lorsque le piston arrive à ce point, les deux soupapes sont encore fermées.

Étape 4 : L’échappement

La soupape d’échappement s’ouvre et le piston, en remontant, va pousser devant lui les gaz brûlés qui s’échappent par ce seul orifice.

Notons que pour comparer les différentes réactions, Matt Mikka aura brûlé trois types de carburant : l’essence, de l’alcool sopropylique et de l’acétylène. Malheureusement, le dernier a brûlé si violemment qu’il a détruit le boîtier avant qu’il ne puisse essayer un dernier carburant : la tequila !

La vidéo fascinante d’un moteur à combustion en pleine action
Notez cette actu