in ,

Un drone de livraison jetable et biodégradable, voici le nouveau bijou humanitaire !

Crédits : Pixabay /ColiN00B

Un laboratoire californien a repris un concept élaboré par la DARPA, l’agence de recherche et développement de l’armée américaine : fabriquer un drone de livraison en carton, par définition jetable, à des fins humanitaire et de survie.

Ce projet baptisé Icare de la DARPA avait été évoqué par les médias en 2015. Il s’agit de drones à usage unique largués depuis un avion ou un ballon dans le but d’acheminer des objets dans des zones difficiles d’accès ou isolées, et ce, à destination de la population (ou de militaires). La DARPA voulait que ces drones puissent être lancés à environ 10 000 mètres du sol, planer sur environ 150 kilomètres et se poser avec une précision d’une dizaine de mètres seulement.

Le projet a été repris par laboratoire de recherche Otherlab basé en Californie qui sera toujours financé par la DARPA. Les ingénieurs de ce laboratoire ont revu le cahier des charges du projet et l’ont concrétisé plus modestement. Leur drone est fait de carton, ce qui le rend jetable, mais surtout biodégradable. Sa capacité à planer après largage est de 88 kilomètres et la précision de l’atterrissage est totale.

La version mise au point est capable de transporter une charge utile d’un kilogramme, mais les ingénieurs estiment que cette même charge pourrait être portée à dix kilos. Ces derniers imaginent alors un largage multiple de centaines de ces drones depuis des avions-cargo afin de livrer des vivres, des médicaments, du sang et d’autres produits de première urgence à destination de population en danger ou de soldats en mission.

Selon Otherlab, les essais du drone sont concluants, ayant réussi des largages à une altitude de 300 mètres avec une précision de 100 % en ce qui concerne l’atterrissage. Cependant, aucun élément n’a été communiqué à propos du temps qu’il faudrait à ces drones pour se désagréger ni sur la date relative à une mise en pratique de ce modèle. À suivre !

Sources : Futura SciencesNew Atlas

Notez cet article