in

CRISPR : l’édition génétique, possible source d’une nouvelle guerre froide

Crédits : iStock

Évidemment, le Time Magazine a décerné le titre de « personnalité de l’année » à Donald Trump, cependant la deuxième place fait beaucoup moins les choux gras de la presse. Et pourtant, il s’agit des précurseurs de l’édition de génome qui ont découvert les CRISPR signifiant : courtes répétitions palindromiques groupées et régulièrement espacées.

Si cet alignement de mots vous parait aussi compliqué que du chinois, c’est normal. En effet, pour comprendre ce que CRISPR signifie et en quoi cette découverte est aussi importante que dangereuse, il est nécessaire de fournir une explication. Il s’agit ici d’édition du génome, c’est-à-dire modifier la génétique humaine et plus précisément changer fondamentalement la base de l’être humain.

Si certains experts se montrent optimistes en pensant que l’édition du génome pourrait soigner toutes les maladies et offrir une santé de fer pour l’humanité entière, ce n’est pas le cas de tous. Voici un exemple avec Zoltan Istvan, auteur d’une publication récente pour MotherBoard et auteur de la nouvelle de science-fiction The Transhumanist Wager (le pari du transhumanisme).

Pour les détracteurs des CRISPR dont fait partie l’auteur, s’il n’y a aucun effet néfaste sur l’homme à première vue, l’inquiétude se situerait ailleurs. Un parallèle est fait entre la découverte de l’édition du génome et la prolifération du nucléaire durant la guerre froide. Il se pourrait fortement que la « course à l’édition du génome » puisse créer autant de tensions au sein des hommes que la course à l’armement nucléaire de l’époque.

L’auteur pense que le monde ne sera bientôt que le théâtre d’un énorme conflit entre les deux plus grandes puissances mondiales que sont la Chine et les États-Unis :

« D’un côté, il y a la Chine séculaire et ses scientifiques qui mènent la révolution génétique, modifiant ouvertement le génome dans l’espoir d’améliorer la race humaine. De l’autre, on trouve le gouvernement américain qui sera bientôt dirigé par des conservateurs chrétiens qui affirment que l’Homme devrait demeurer tel que Dieu l’a créé », explique Zoltan Istvan.

Ce dernier indique également que de telles manipulations génétiques seront possibles dans 5 à 10 ans. Le scénario serait le suivant : les Chinois tenteront de modifier leur population pour la rendre plus efficace et intelligente, tandis que les États-Unis voudront rester plus naturels, conformément aux croyances créationnistes. Deux manières de penser et d’agir aux antipodes l’une de l’autre.

Lire l’intégralité de la publication de Zoltan Istvan

Que deviendra l’humanité dans un tel cas de figure ?

Sources : MotherBoardUP Magazine

Notez cet article