in

Les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie subissent un inquiétant blanchissement

Crédits Elapied

Depuis quelques semaines, les récifs coralliens de Nouvelle-Calédonie connaissent un inquiétant et inédit épisode de blanchissement massif. Les chaleurs intenses pourraient être à l’origine de ce phénomène qui frappe ces récifs jusqu’à présent préservés. 

C’est en 2008 que les récifs coralliens calédoniens, qui constituent avec la Grande Barrière australienne la plus longue formation corallienne au monde, ont été inscrits au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Jusqu’alors, ils avaient échappé à ce type de phénomène, bien que « de faibles épisodes ont déjà été signalés, mais ils étaient localisés ou n’avaient touché que quelques espèces » peut-on lire dans un communiqué de l’Institut de Recherche pour le Développement, l’IRD.

Jusque-là épargnés, tandis que les autres récifs de par le monde subissaient un blanchissement massif, ces récifs calédoniens connaissent donc à leur tour depuis quelques semaines, un épisode de blanchissement massif. Ce phénomène touche particulièrement les coraux situés près des côtes, ce qui a été constaté par les chercheurs de l’IRD ainsi qu’un réseau de surveillance associatif et des plongeurs. Il faut noter qu’un tel blanchiment est le signe de la disparition des zooxanthelles symbiotiques, des algues qui si elles ne reviennent pas provoqueront la mort des récifs.

« Les conditions climatiques anormales que connait la Nouvelle-Calédonie depuis plusieurs mois expliquent vraisemblablement ce phénomène », a déclaré à l’AFP Claude Payri, directrice de recherche à l’IRD. « Il y a une accumulation de températures supérieures à la normale, avec de longues périodes sans vent, sans couverture nuageuse », a-t-elle ajouté.

Le phénomène est d’autant plus inquiétant qu’il semblerait également que les colonies coralliennes appartenant au genre Pocillopora, considéré comme résistant aux changements climatiques par de précédentes études, seraient au contraire parmi les premières touchées par le phénomène. Depuis quelques jours, la Nouvelle-Calédonie est sous la pluie, à cause de l’évacuation vers le sud du cyclone Winston qui a frappé Fidji, mais son été reste particulièrement chaud. « C’est d’autant plus anormal que nous sommes dans un phénomène El Nino, qui doit au contraire entraîner des températures plus faibles », a déclaré Claude Payri.

Un suivi a été mis en place sur plusieurs sites coralliens le long des côtes calédoniennes, ce qui permettra d’établir les raisons pour lesquelles les récifs de Nouvelle-Calédonie, jusqu’ici épargnés, ont été cette année victimes d’un épisode de blanchissement massif, ainsi que de progresser dans la compréhension des effets des changements climatiques sur les récifs coralliens.

Sources : tahitiinfos, ird

Notez cette actu