in

Boire de l’eau, c’est vital, boire trop d’eau, c’est mortel

Crédits : ColiN00B / Pixabay

Ce n’est une surprise pour personne, boire de l’eau est vital, et bien s’hydrater est essentiel dans des périodes de grosses chaleurs comme celle que nous vivons actuellement. Mais une consommation excessive d’eau peut être mortelle, on appelle cela l’hyperhydratation.

L’hyperhydratation (ou hyponatrémie) représente une surconsommation d’eau qui provoque un déséquilibre des électrolytes ayant pour conséquence des troubles des fonctions cérébrales potentiellement mortels. En effet, lorsque l’on boit trop d’eau, les sels minéraux dont le corps a besoin se diluent et l’eau s’infiltre anormalement dans les cellules du système nerveux, entraînant la formation d’un œdème cérébral pouvant être suivi de mort.

Cette surconsommation d’eau est courante chez les sportifs, où plusieurs décès ont été à déplorer à cause d’hyperhydratation. Selon les spécialistes, une dose de 500 ml d’eau peut être suffisante après un effort sportif pour retrouver un niveau correct d’hydratation. Bien sûr, tout dépend de la durée de l’exercice, l’important étant de s’hydrater régulièrement.

À partir de quelle quantité d’eau celle-ci devient mortelle ? Selon Marcelo Duhalde, un graphiste chilien ayant collaboré sur le sujet avec le quotidien chilien El Mercurio, c’est à partir de 8,3 litres ingurgités par jour que boire de l’eau devient un acte suicidaire, ce qui équivaut à 5,5 bouteilles d’un litre et demi.

Il existe deux formes d’hyperhydratation : l’isotonique, provoquant une prise importante de poids menant à des épanchements sérieux autour de certains organes, ainsi que des dysfonctionnements du cœur, du foie et des reins. L’hyperhydratation par déplétion est, à l’inverse, constatée par une perte de poids, une accélération du rythme cardiaque, des nausées et des vomissements.

Source : medisite

Notez cet article