in ,

Étudier les aurores boréales grâce à Twitter, c’est désormais possible… et sérieux

Crédits : JHGilbert / Pixabay

Twitter serait finalement le meilleur moyen pour les météorologues de savoir d’où il est possible de contempler une aurore boréale et de ce fait quelle est son intensité.

Nathan Case, un météorologue de l’espace de la Nasa se demandait comment repérer les lieux à partir desquels on peut observer une aurore boréale mais aussi comment constater son intensité. La solution à son problème se trouve finalement… sur Twitter.

L’étude, menée par Nathan Case et ses quatre autres collègues chercheurs, a été publiée en mai 2015 dans Geophysical Research Letters. Elle explique que, sur Twitter, beaucoup de personnes témoins d’aurores boréales postent leurs photos en temps réel. À partir de là, il est possible pour les scientifiques de récolter des informations plus précises.

En croisant les données de géolocalisation, de l’horodatage et du nombre de tweets portant sur la même aurore boréale, son intensité pourrait être identifiée avec précision. En effet, la géolocalisation permet d’identifier le lieu d’où l’aurore boréale peut être admirée et plus les tweets sur le sujet sont nombreux, plus elle est intense.

Vous pouvez admirer ci-dessous une aurore boréale qui a été aperçue dans le ciel norvégien.

 

– Crédits photo : United States Air Force / Senior Airman Joshua Strang

Étudier les aurores boréales grâce à Twitter, c’est désormais possible… et sérieux
noté 2 - 1 vote[s]