in

Aux Maldives, une île composée de déchets toxiques surgit de la mer

Crédits : IFRC / Wikipédia

Chaque année, environ un million de touristes visitent la nation insulaire des Maldives pour son climat chaud et ensoleillé et son impressionnante beauté naturelle. Mais il y a une horrible conséquence de tous ces visiteurs, ainsi que les 395 000 résidents de Maldives: les déchets combinés accumulés sont un casse-tête pour le petit pays.

Pour régler le problème, le gouvernement a décidé en décembre 1991 d’utiliser une île à part comme destination finale de l’énorme quantité de déchets produits par l’industrie du tourisme. Thilafushi, surnommée ‘Rubbish Island’ (île poubelle), était à l’origine une lagune appelée ‘Thilafalhu’ d’une longueur de 7 kilomètres et d’une largeur de 200 mètres dans les régions les moins profondes. D’énormes fosses ont été creusées, et les déchets ont été déposés au milieu de la fosse, qui a été remplie d’une couche de débris de construction et ensuite uniformément nivelée avec du sable blanc.

En moyenne 330 tonnes de déchets sont déversées à Thilafushi tous les jours, dont la plupart sont de Malé. À un moment donné, plus de 31 000 camions remplis d’ordures ont été transportés à Thilafushi par an. L’incinération à ciel ouvert des déchets est également pratiquée ici.

Aujourd’hui, Thilafushi a une masse continentale de plus de 0,43 km2, qui est louée à des activités industrielles telles que la fabrication de bateaux, l’ensachage de ciment, l’embouteillage de méthane et divers entreposages à grande échelle.

Le blog de l’organisation environnementale Bluepeace a écrit que des piles usagées, de l’amiante, du plomb et autres déchets potentiellement dangereux mélangés avec les déchets solides municipaux dans l’île de Thilafushi s’infiltrent dans l’eau et créent de graves problèmes écologiques et sanitaires aux Maldives. Cependant, les préoccupations ne se sont jamais matérialisées par une campagne d’activistes locaux.

 

Mordy du projet de voyages collaboratifs Atlas Obscura a décrit le problème:

“L’activité commerciale ainsi que les décharges incontrôlées ont entraîné une abondance de matières toxiques dans la lagune – bidons d’huile cassés, amiante, plomb, et autres métaux nocifs mélangés aux ordures ménagères quotidiennes créant une boue toxique. Il y a peu autour de l’île qui soit non pollué puisque des substances toxiques s’infiltrent dans l’eau et la fumée de la combustion des déchets inonde l’air.”

L'île de Thilafushi – où les ordures s'infiltrent dans l'océan. Image de Flickr par Hani Amir. CC BY-NC-ND
L’île de Thilafushi – où les ordures s’infiltrent dans l’océan. Image de Flickr par Hani Amir. CC BY-NC-ND

Le réalisateur Alison Teal a effectué un documentaire sur son séjour aux Maldives dans le cadre de sa série de films Alison’s Adventures (Les aventures d’Alison). Quelques photos remarquables du voyage d’Alison à l’île poubelle peuvent être trouvées ici. Le gouvernement a temporairement interdit le déchargement de déchets sur l’île en décembre 2011 après une forte augmentation des déchets flottant sur la lagune de l’île et dérivant en mer. Mais aujourd’hui encore toutes les ordures de Malé finissent là. Alibeyya, un commentateur sur un article du site de nouvelles locales Minivan, a indiqué le cœur du problème :

“L’environnement délicat des Maldives a besoin d’un système de gestion responsable des déchets. C’est un énorme défi étant donné la situation géographique où chaque île, y compris les hôtels doivent gérer leurs propres déchets. [..] Les hôtels devraient être capables de maîtrise pour se débarrasser de leurs déchets sans avoir à les déverser à la lagune de Thialfushi.”

Au début de 2013, il a été signalé que la gestion des déchets des Maldives est entravée par la politique locale et le manque de financement. Parmi les rapports locaux sur les dépôts illégaux de déchets à Thilafushi, il y a eu une énorme confusion au sujet de la responsabilité de la gestion du dépôt des déchets. La gestion de Thilafushi a été transférée au Conseil municipal de Malé (MCC) en 2010 et un contrat a été signé en 2011 avec l’entreprise implantée en Inde Tatva Global Renewable Energy pour la réhabilitation de l’île et la gestion des problèmes d’ordures. Mais l’accord n’a jamais été mis en œuvre à cause de la bureaucratie et de l’ingérence politique et récemment il a été annulé, ce qui rend l’avenir de Thilafushi incertain. Abdullah Faraz a écrit dans un article dans Minivan News:

“Le premier point à noter est que sous toutes les rhétoriques et manœuvres politiques se trouve un réel problème qui touche de nombreuses vies – le danger pour la santé publique, des enseignants et élèves hospitalisés, la fermeture d’écoles, la fumée, l’odeur, etc.Le public a le droit de se sentir mécontent par cette crise, et est indigné et outré pour des raisons valables. Le second point à noter est bien que ce soit une crise montée de toutes pièces; il n’y a pas de sens inhérent vers lequel cette énergie émotionnelle brute du public pourrait passer.”

Ce qui est sûr: une nouvelle prison va ouvrir bientôt  sur l’île de Thilafushi le mois prochain.

 

– Image de couverture : International Federation of Red Cross and Red Crescent Societies (IFRC)

Écrit par Rezwan et traduit par Lalatiana Rahariniaina
Cet article a été publié sur Global Voices sous licence CC 3.0

Notez cet article