in

1,7 million d’années : La plus ancienne trace de cancer jamais découverte

Crédits : Capture vidéo / Patrick Randolph-Quinney (UCLAN)

La découverte d’un os du pied daté d’il y a environ 1,7 million nous rapporte la plus ancienne trace de tumeur cancéreuse encore jamais découverte.

Une équipe internationale de chercheurs dirigée par des scientifiques de l’Université Evolutionary Studies Institute du Witwatersrand, dans le Centre sud – africain, annonce aujourd’hui dans deux articles publiés dans le South African Journal of Science, la découverte des traces de la plus ancienne tumeur cancéreuse et osseuse.

Bien que l’espèce exacte à laquelle l’os du pied appartient est inconnue, il s’agirait bien d’un hominidé. Découvert sur le site de Swartkrans, ce fossile d’un os du pied (métatarse) daté d’il y a environ 1,7 million d’années nous apporte des preuves définitives de cancer, repoussant de quelques centaines de milliers d’années la plus ancienne date de cette maladie. La plus ancienne trace de tumeur sur un hominidé jusqu’ici découverte avait été retrouvée dans la nervure d’un homme de Neandertal, datée d’environ 120 000 ans.

Edward Odes, candidat au doctorat et auteur principal du papier note que « la médecine moderne a tendance à supposer que les cancers et les tumeurs chez l’homme sont des maladies causées par des modes de vie et des environnements modernes. Nos études montrent cependant que ces maladies se sont déjà manifestées chez nos anciens parents durant la Préhistoire profonde, il y a des millions d’années, avant que n’existent les sociétés industrielles modernes« .

Le cancer identifié fut un ostéosarcome, une forme agressive de cancer qui affecte généralement les personnes plus jeunes chez les humains modernes, et qui, si elle n’est pas traitée, entraîne généralement un décès précoce. « En raison de son état de préservation, nous ne savons pas si cet os de pied appartenait à un adulte ou un enfant ni si le cancer a causé la mort de cette personne, mais nous pouvons dire avec certitude que la tumeur  a eu une incidence sur la capacité de cet individu à marcher ou courir », a notamment déclaré l’anthropologue Bernhard Zipfel. Bref, « cela devait être douloureux » a-t-il ajouté.

Source