in

16 % des infectés par la Covid-19 présentent seulement des troubles intestinaux

Crédits : iStock

Au Canada, des chercheurs ont récemment publié une méta-analyse sur la Covid-19. Selon les résultats, les symptômes intestinaux peuvent être mis en lien avec une infection au virus. Or, ceci peut se produire même lorsque le patient ne présente pas de troubles respiratoires.

Covid-19 : Une prévalence importante des troubles gastro-intestinaux

La liste des symptômes du coronavirus SARS-CoV-2 est longue. Les plus communs sont les suivants : fièvre, toux, fatigue et dyspnée. Citons également de possibles symptômes cutanés, perte de l’odorat ou de l’ouïe ou encore l’apparition d’un “orteil violet”. Par ailleurs, de nombreuses personnes n’ont aucun symptôme (asymptomatique) ou très peu. Dans une publication dans la revue Abdominal Radiology le 14 septembre 2020, des chercheurs de l’Université de l’Alberta (Canada) évoquent quant à eux les troubles gastro-intestinaux.

Il y a une quantité croissante de littérature montrant que la symptomatologie abdominale est une présentation courante de la COVID-19“, a déclaré Mitch Wilson, principal directeur de l’étude.

Selon cette méta-analyse, les troubles gastro-intestinaux comme la nausée, la diarrhée, des vomissements et des douleurs abdominales sont fréquents. Il s’avère que 16 % des cas de Covid-19 sont seulement traités pour ce genre de troubles. La méta-analyse en question a considéré pas moins de 36 publications datant du 31 mars au 15 juillet 2020. Pour les scientifiques, cette prévalence importante devrait susciter une attention particulière lors des examens d’imagerie abdominale afin de faciliter et améliorer les diagnostics.

trouble intestinaux
Crédits : Conmongt / Pixabay

Des anomalies diverses

Les patients ayant participé à ces études ont subi un scanner abdominal, une échographie Doppler et/ou une échographie classique. Or, les chercheurs ont rapporté des anomalies sur les images dans 22 des 36 études de la méta-analyse. Les experts évoquent un épaississement de la paroi intestinale dans la plupart des cas. Néanmoins, certains cas relèvent d’une pneumatose intestinale à plusieurs endroits du tractus intestinal. Citons également d’autres cas témoignant d’une présence anormale de gaz dans la veine porte. Les scientifiques à l’origine de cette méta-analyse ont aussi rapporté une invagination intestinale (ou intussusception) chez de très jeunes enfants. Ce phénomène rare se caractérise par le glissement d’une partie de l’intestin dans une autre. En se télescopant, ces parties génèrent une occlusion intestinale.

Les recherches de l’Université de l’Alberta mettent en exergue des formes atypiques de Covid-19. Elles ont également vocation à améliorer le diagnostic des patients, même en l’absence de symptômes respiratoires. Toutefois, il n’est ici aucunement question d’une liste exhaustive des problèmes intestinaux liés au coronavirus. En effet, les chercheurs disent ne pas avoir encore observé toutes les données disponibles dans les études.