in

139 nouveaux objets découverts au-delà de Neptune

Vue d'artiste d'un objet trans-neptunien. Crédits : NASA / ESA / G. Bacon, STScI.

Une équipe d’astronomes annonce avoir identifié 139 nouveaux “objets transneptuniens”, ces petits corps évoluant dans les profondeurs sombres et glaciales de notre système.

Les objets transneptuniens (TNO) sont, par définition, tous les objets du système solaire dont l’orbite est située au-delà de celle de la planète Neptune. Il peut s’agir, par exemple, d’astéroïdes ou de planètes naines (Pluton en est un parfait exemple). Jusqu’à présent, les astronomes en avaient comptabilisé un peu plus de 2 800, mais une récente enquête a permis la découverte de 139 objets supplémentaires, portant le nombre de TNO connus à désormais près de 3 000.

Ces nouveaux enregistrements ont été rendus possible grâce aux données recueillies par la Dark Energy Survey (DES) entre 2013 à 2017.

Ce programme, grâce à une caméra de 520 mégapixels montée sur l’Observatoire interaméricain du Cerro Tololo, au Chili, vise à cartographier des centaines de millions de galaxies dans le but de mieux comprendre la nature de la mystérieuse énergie noire, responsable de l’accélération de l’expansion de l’Univers.

C’est cette caméra qui, grâce à ses capacités permettant de suivre les mouvements de plusieurs centaines de millions d’objets, a permis de révéler ces nouveaux TNO. Après des mois de vérification, les chercheurs en ont isolé 316, plus exactement, dont 139 étaient nouveaux pour la science.

Tous ces objets catalogués, peut-on lire dans The Astrophysical Journal, se situent à entre 30 et 90 unités astronomiques (UA) du soleil. On rappelle qu’une UA équivaut à la distance Terre – Soleil, soit environ 150 millions de kilomètres. À titre de comparaison, Pluton, le TNO le plus connu, évolue à environ 40 UA de notre étoile.

pluton
La planète naine Pluton. Crédits : NASA

Un pas de plus vers la mystérieuse planète 9 ?

Ces enquêtes de “recensement” sont par ailleurs très intéressantes dans la mesure où elles pourraient nous donner des indices sur l’existence (ou non) de la mystérieuse planète 9.

Depuis quelques années en effet, d’étranges effets gravitationnels observés sur des objets transneptuniens laissent à penser qu’une planète pourrait évoluer bien au-delà de l’orbite de Pluton. Ce monde, si tant est qu’il existe, serait au moins dix fois plus massive que la Terre et ferait un tour complet du Soleil en 20 000 ans.

Malgré ces mensurations, cette hypothétique planète n’émettrait que très peu de lumière. C’est pourquoi elle serait passée jusqu’à présent totalement inaperçue, aussi sensibles soient nos télescopes. L’idée, pour l’appréhender, consiste donc à concentrer nos efforts sur les éventuels effets gravitationnels de cette gigantesque planète sur ses “voisins” : les objets transneptuniens.

D’où l’importance de cette nouvelle étude. Plus nous serons en mesure de connaître les mouvements de ces objets très éloignés, et plus nous serons en mesure de déceler d’éventuelles anomalies dans leurs trajectoires. Anomalies qui pourraient alors trahir la présence de cette planète.

Source

Articles liés :

Deux lunes de Neptune enfermées dans une incroyable “danse d’évitement”

La NASA propose d’envoyer une sonde sur Triton, la lune de Neptune

Comment l’océan de Pluton peut-il rester liquide ?