in

À 117 ans, la doyenne de l’humanité s’est éteinte

Crédits : iStock

Elle s’appelait Misao Okawa, cette japonaise de 117 ans était la personne la plus âgée du monde. Ce mercredi 1er avril, un peu moins d’un mois après avoir fêté son anniversaire, Misao Okawa s’est éteinte dans la maison de repos où elle profitait de ses vieux jours.

Misao Okawa était officiellement devenue doyenne de l’humanité en février 2013, alors âgée de 114 ans, après le décès d’un autre japonais, Jiroemon Kimura qui s’est éteint à l’âge de 116 ans et 54 jours. Née le 5 mars 1898, Misao Okawa était issue d’une lignée de marchands de kimonos de la ville d’Osaka, à l’ouest du Japon. Elle laisse derrière elle trois enfants, quatre petits-enfants et six arrières petits-enfants.

C’est désormais à une Américaine, Gertrude Weaver, que revient le titre de doyenne de l’humanité, elle qui fêtera ses 117 ans le 4 juillet prochain. Du côté des hommes, le doyen de l’humanité est aussi un Japonais, Sakari Momoi, âgé de 112 ans. Né le 5 février 1903, il avait officiellement décroché ce titre l’été dernier.

Née au XIXe siècle et décédée au XXIe, Misao Okawa était un véritable témoin de l’Histoire. Au cours de sa très longue vie, elle aura notamment traversé deux guerres mondiales, la chute du Mur de Berlin (1989), connut l’arrivée du premier film en couleur (1901), l’arrivée de la télévision (1926), les premiers pas de l’homme sur la Lune (1969), l’autorisation du vaccin contre la tuberculose (1921), la création d’internet (1989), et de nombreux autres événements historiques.

En septembre dernier, selon les statistiques officielles du ministère de la Santé, le Japon comptait 59 000 centenaires. Parmi eux, 87% sont des femmes. Ce sont d’ailleurs les femmes japonaises qui détiennent le record du monde de longévité, en vivant en moyenne jusqu’à 86,61 ans.

Source : AFP