Les 10 meilleures découvertes de dinosaures de 2023

dinosaures
Crédits : Willgard/Pixabay

Les paléontologues continuent de fouiller et d’analyser de nombreux fossiles de dinosaures, nous livrant des informations essentielles sur le physique et le comportement de ces créatures exceptionnelles qui parcouraient jadis la Terre. Voici une liste non exhaustive de dix découvertes ayant marqué cette année 2023.

Le plus long cou jamais découvert

Les dinosaures sauropodes comptent parmi les plus grands animaux terrestres ayant foulé la Terre. Ils se caractérisaient principalement par leur long cou. Mais lequel avait le plus grand ? Il y a quelques mois, une étude nous livrait la réponse.

Mamenchisaurus, un sauropode du Jurassique moyen en Chine dont les restes vieux de 162 millions d’années ont été découverts en Chine, possédait un cou exceptionnellement long de 15,1 mètres. Il représentait environ la moitié de sa longueur totale. Des fossiles comparatifs ont également suggéré que son cou était soutenu par des vertèbres creuses remplies d’air, ce qui permet de limiter son poids tout en le renforçant via une structure osseuse.

Mamenchisaurus dinosaures cou
Vue d’artiste de Mamenchisaurus sinocanadorum. Crédits : André Moore

Les plus anciens oeufs coriaces

Des paléontologues chinois ont récemment fait une découverte majeure en mettant au jour plusieurs nids d’oeufs représentant une nouvelle espèce de dinosaure sauropodomorphe du Jurassique inférieur. Plus important encore, ces fossiles fournissent des preuves solides de l’existence des plus anciens oeufs coriaces connus. L’espèce concernée vivait il y a environ 200 à 193 millions d’années.

Notez que les coquilles dites coriaces étaient plus épaisses et résistantes que les coquilles molles qui sont flexibles et non minéralisées. Elles ne sont toutefois pas aussi dures que les coquilles d’oeufs typiques qui sont à la fois solides et minérales.

oeufs dinosaures
Reconstruction des œufs de Qianlong shouhu . Crédits : NICE Vistudio

Les derniers instants d’une bataille entre un dinosaure et un mammifère

Il y a quelques mois, des chercheurs ont identifié les restes d’un petit mammifère ressemblant à un blaireau aux côtés de ceux d’un jeune dinosaure bipède dans la province chinoise de Liaoning. Les deux animaux vieux de 125 millions d’années, qui étaient visiblement en plein combat, auraient été ensevelis ensemble par une éruption volcanique soudaine.

Les chercheurs ont également découvert que le petit mammifère avait probablement gagné le combat, portant apparemment un coup mortel au plus grand dinosaure.

dinosaure mammifère éruption volcanique
Illustration de ce à quoi aurait pu ressembler la bataille entre le mammifère Repenomamus robustus et le dinosaure Psittacosaurus. Crédits : Michael Skrepnick

La plus grande empreinte de dinosaure carnivore

Il y a quelques mois, dans le bassin de Cleveland, en Angleterre, des paléontologues ont identifié une trace de pas de près d’un mètre de long faite par un grand dinosaure carnivore de la période jurassique.

D’après sa forme et son âge, estimé à environ 166 millions d’années, cette empreinte aurait été faite par un Megalosaurus. Curieusement, l’empreinte semble avoir été imprimée dans le sol au moment où l’animal se reposait ou était accroupi.

empreinte dinosaure
Crédits : Marie Woods

Un dinosaure qui dormait comme les oiseaux

Une équipe est récemment tombée sur les restes relativement complets et préservés en trois dimensions d’un petit dinosaure théropode appartenant à une nouvelle espèce dans le désert de Gobi. La posture recroquevillée de l’animal suggère qu’il dormait probablement comme les oiseaux modernes.

dinosaure oiseaux
Crédits : Seiji Yamamoto, 2023, CC-BY 4.0

Un trait inédit chez les dinosaures

Il y a quelques mois, une équipe de paléontologues annonçait avoir identifié les restes d’une nouvelle espèce de dinosaure vieille de 150 millions d’années caractérisée par des pattes particulièrement grandes comparées au reste de son corps. Ce trait n’avait jamais été observé chez les dinosaures auparavant.

Pour les chercheurs, il est possible que cette créature ait évolué pour vivre dans les marais, à la manière des échassiers modernes.

Fujianvenator prodigiosus dinosaures marais pattes
Une illustration de Fujianvenator prodigiosus dans son environnement de l’époque. Crédits : ZHAO Chuang

Les restes d’un énorme dinosaure découverts en Argentine

Des paléontologues ont récemment annoncé avoir identifié les restes d’un gigantesque dinosaure au long cou dans le bassin de Neuquén, en Patagonie. Les fossiles de ce titanosaure étaient d’ailleurs si lourds qu’ils ont provoqué un accident de la circulation au moment de leur transfert vers Buenos Aires pour y être étudiés.

À en juger par la longueur de son fémur, ce titanosaure mesurait environ trente mètres de long à son époque, il y a environ 90 millions d’années.

dinosaure titanosaure Chucarosaurus diripienda
L’un des fémurs de l’animal à côté d’une pelle pour comparaison de taille. Le fémur s’étend sur 1,9 mètre de longueur. Crédits : Nicolas Chimento

D’incroyables empreintes en Alaska

Récemment, des chercheurs sont tombés sur une nouvelle piste intégrant les traces incroyablement détaillées de plusieurs dinosaures dans la Formation de Cantwell, en Alaska. Ces empreintes ont été faites par des juvéniles et des adultes de diverses espèces, dont des herbivores et des carnivores.

empreintes de dinosaures Alaska
Crédits : Patrick Druckenmiller

Deux grands carnivores au Maroc

Une équipe de paléontologues a récemment fouillé les restes fossilisés de deux abélisauridés dans le bassin d’Ouled Abdoun, au nord du Maroc. Les deux nouvelles espèces de dinosaures évoluaient il y a environ 66 millions d’années.

L’une d’elles était relativement chétive, mesurant environ 2,5 m de long. La deuxième espèce identifiée était environ deux fois plus grande.

dinosaures abélisauridés
Crédits : Andrey Atuchin

Un gigantesque dinosaure découvert en Espagne

Près de Valence, des chercheurs ont récemment identifié les restes de trois animaux représentant une nouvelle espèce de dinosaure sauropode.

L’un des spécimens se distingue par sa grande taille. Sur la base des mensurations de ses vertèbres et de son fémur, les chercheurs pensent que ce dinosaure aurait pu atteindre plus de 24 mètres de long et plus de neuf mètres de haut. Autrement dit, il s’agit probablement de l’un des dinosaures les plus gigantesques jamais enregistrés.