in

Plusieurs objets mystérieux détectés près du trou noir supermassif de notre Galaxie

Impression d'artiste d'un trou noir siphonnant le matériel de son compagnon. Crédit: ESO / L. Calçada

Une équipe d’astronomes a détecté plusieurs objets étranges autour du trou noir supermassif de notre Galaxie. Bien que ces derniers ressemblent à des nuages ​​de gaz, ils se comportent comme des étoiles.

Le centre de notre Galaxie est un endroit extrême qui contient toutes sortes de mystères. Voici le dernier en date : des nuages ​​de gaz qui, d’une façon ou d’une autre, refusent d’être séparés par l’immense gravité du centre galactique. Ces résultats ont été obtenus grâce à 12 années de données extraites de l’Observatoire WM Keck à Mauna Kea, Hawaii. « Ces objets stellaires compacts et poussiéreux se déplacent extrêmement rapidement et à proximité du trou noir supermassif de notre Galaxie, expliquent les chercheurs. Ce qui est fascinant, c’est de les voir se déplacer d’année en année. Comment sont-ils arrivés là, et que deviendront-ils ? »

Le premier objet G, comme on les appelle, fut découvert en 2004. Un second fut également identifié plus tard en 2012. Connus respectivement comme G1 et G2, ces objets étaient initialement considérés comme des nuages ​​de gaz, mais cette hypothèse s’effondra lorsqu’ils furent observés passant devant le trou noir supermassif au centre de la Galaxie sans être déchiquetés – indiquant qu’ils n’étaient pas des nuages ​​de gaz ordinaires. Les chercheurs ont alors suggéré qu’il pouvait s’agit d’étoiles « gonflées », à savoir des étoiles devenues si grandes et si massives que les forces de marée exercées par le trou noir central peuvent extraire la matière de leurs atmosphères stellaires, tout en laissant les noyaux intacts.

Maintenant, il semble que G1 et G2 aient de nouveaux amis. Trois nouveaux candidats ont en effet été identifiés. Sans surprise, ils ont été nommés G3, G4 et G5. Pour les chercheurs, il pourrait s’agir d’anciennes étoiles binaires. Au fil du temps, les orbites de ces paires se seraient retrouvées déstabilisées par l’immense attraction gravitationnelle du trou noir géant, jusqu’à ce qu’elles s’écrasent l’une dans l’autre. Les objets que nous voyons maintenant pourraient être les conséquences de ces fusions stellaires. « À la suite d’une telle fusion, l’objet unique qui en résulterait serait “gonflé” ou “distendu”, pendant une période assez longue, peut-être un million d’années, avant qu’il ne s’installe et apparaisse comme une étoile de taille normale », explique Mark Morris, principal auteur de cette étude.

Données montrant chacun des objets émettant des infrarouges. Crédits : Observatoire WM Keck

Pour l’heure, rien n’est définitif. Pour être sûr de ce qu’avancent les scientifiques, il faudra attendre que ces objets repassent par le trou noir supermassif. S’ils peuvent ignorer les forces gravitationnelles et conserver la majeure partie de leur forme, ils seront alors véritablement considérés comme des objets de type G. Malheureusement, cela ne se produira pas pendant un moment. « Nous devrons attendre quelques décennies pour que cela se produise, environ 20 ans pour G3, et des décennies de plus pour G4 et G5 », note le chercheur.

Source