in

Deux nouvelles espèces de prédateurs préhistoriques à dents de sabre découvertes en Russie

Gorynychus masyutinae , prédateur supérieur de l'assemblage de fossiles de Kotelnich, chassant un herbivore arboricole ( Suminia getmanovi ). Crédits : Matt Celeskey

Une équipe de chercheurs du Musée des sciences naturelles de Caroline du Nord et du Musée paléontologique de Vyatka, en Russie, rapporte la découverte dans ce même pays de deux nouvelles espèces de prédateurs préhistoriques à dents de sabre. De quoi mieux appréhender l’évolution précoce des mammifères.

Les mammifères vivants descendent d’un groupe d’animaux appelés thérapsides, des « protomammifères » qui dominaient les écosystèmes terrestres au cours de la période permienne (299-252 millions d’années), soit des millions d’années avant l’arrivée des premiers dinosaures. Ces derniers comprenaient des herbivores à défenses, des insectivores fouisseurs et des prédateurs à dents de sabre. La grande majorité des thérapsides du Permien ont été trouvés dans le bassin du Karoo, en Afrique du Sud. Pour cette raison, les fossiles de thérapsides provenant de l’extérieur de l’Afrique du Sud sont extrêmement importants, car ils permettent aux scientifiques de discerner si les événements observés en Afrique du Sud représentent des schémas globaux ou simplement régionaux.

Des expéditions récentes menées par le Musée paléontologique de Vyatka (situé dans la ville de Kirov) ont rassemblé une grande quantité de fossiles permiens spectaculairement préservés près de la ville de Kotelnitch, le long de la rivière Vyatka en Russie. Ces découvertes fossiles comprennent les restes de deux espèces inconnues de prédateurs protomammifères. La première des deux nouvelles espèces, Gorynychus masyutinae, était un carnivore de la taille d’un loup – sans doute le plus grand prédateur de sa région. La deuxième nouvelle espèce, Nochnitsa geminidens, était un plus petit carnivore à museau long avec des dents de sabre.

Le crâne de Nochnitsa geminidens , une nouvelle espèce de gorgonopsien découverte en Russie. Crédits: Christian Kammerer

La découverte de ces deux nouvelles espèces anciennes pourrait permettre aux paléontologues de mieux appréhender la réorganisation des écosystèmes après l’extinction datant de la mi-Permien (260 millions d’années). Au milieu du Permien, les prédateurs supérieurs – comme le spécimen de Gorynychus trouvé à Kotelnitch – étaient des thérocéphales, tandis que les gorgonopsiens comme le Nochnitsa étaient beaucoup plus petits. Mais à la fin du Permien, tout s’est inversé : les grands prédateurs étaient généralement de grands gorgonopsiens à dents de sabre alors que les thérocéphales avaient tendance à être de petits insectivores.

«Entre ces extinctions, il y a eu une volte-face complète dans les rôles que ces carnivores jouaient dans leurs écosystèmes – comme si les ours devenaient soudainement de la taille d’une belette, et que les belettes devenaient des ours», explique Christian Kammerer, principal auteur de l’étude. Ces nouvelles espèces fournissent la première preuve qu’il y a eu un changement global dans le rôle des prédateurs proto-mammifères après l’extinction du Permien moyen, et pas uniquement en Afrique du Sud.

Vous retrouverez tous les détails de cette étude dans la revue Peerj.

Source