in

« Se faire des cheveux blancs » : des scientifiques pensent en avoir trouvé la cause

Crédits : Pixabay / LisaRedfern

Des chercheurs américains affirment que la perte de pigmentation du cheveu est en lien avec une activation de la réponse immunitaire. Ces recherches menées sur des souris pourraient un jour permettre de soigner les maladies relatives à la pigmentation de la peau.

Selon une étude menée par des scientifiques de l’Université d’État de l’Alabama et parue dans la revue PLOS Biology le 3 mai 2018, il existe un lien entre les gènes responsables de la couleur de nos cheveux et ceux en charge de notre système immunitaire. Dans un communiqué, le principal meneur de l’étude, William Pavan, a déclaré :

« Cette découverte permet de supposer que les gènes qui contrôlent la pigmentation des cheveux et de la peau participent dans la gestion du système immunitaire. »

Les expériences menées sur les souris tendent à expliquer, selon les chercheurs, les raisons d’une perte de pigments chez de nombreuses personnes après un stress ou une grave maladie. Les chercheurs ont identifié le gène MITF, ce dernier étant responsable de la régulation du taux des interférons, des protéines produites par le système immunitaire pour lutter contre les bactéries et les virus.

Or, lorsque le gène MITF baisse en quantité dans les cellules mélanocytes (responsables de la production de pigments), il se produit une apparition de cheveux blancs ou gris. Le fait est que ce gène MITF est à la fois responsable de la pigmentation des poils et du taux d’interéfons luttant contre les maladies.

Ainsi, l’expression «se faire des cheveux blancs » pourrait finalement être expliquée. Blague à part, ces recherches sont jugées très importantes afin d’éventuellement trouver de nouveaux traitements contre certaines maladies liées à la pigmentation de la peau. Citons par exemple le vitiligo, une maladie chronique de dépigmentation de l’épiderme se caractérisant par des taches blanches sur la peau.

Source