in ,

Pays de Galles : la reconnaissance faciale de la police affiche un taux d’erreur affolant !

Crédits : Wikipedia

Après un an d’utilisation de son logiciel de reconnaissance faciale, la police galloise doit se rendre à l’évidence : le taux d’erreur de ce programme est très élevé, puisque l’on parle tout de même d’une marge d’erreur d’environ 92 % !

Les polices du monde utilisent depuis très longtemps un support très connu : le portrait robot. Cependant depuis quelques années, certaines ont recours à une technologie qui a encore tout à prouver, à savoir la reconnaissance faciale. Si la Chine semble miser activement sur celle-ci ainsi que la vidéosurveillance avec plus ou moins de succès, le Pays de Galles ne peut pas en dire autant.

Selon le quotidien britannique The Guardian, les statistiques d’erreurs du programme de reconnaissance faciale de la police galloise ont récemment été dévoilées. Mis en place lors de la dernière finale de la Ligue des Champions (football) ayant eu lieu au Principality Stadium de Cardiff le 3 juin 2017, le programme a scanné les visages de près de 170 000 personnes durant cet événement. Le fait est que 2470 spectateurs ont été recensés comme étant des criminels, car leur visage présentait des similitudes avec des photos que contiennent les bases de données de la police.

Presque un an plus tard, le public sait désormais que sur ces 2470 suspects, 2297 d’entre eux étaient des individus exempts de tout reproche, ayant fait l’objet d’une fausse alerte et donc d’une erreur du programme. Cela revient à dire que la marge d’erreur du programme était dans ce cas de 92 %.

Dans un communiqué paru le 4 mai 2018, la police galloise indique qu’aucun système n’est infaillible et que depuis sa mise en place, le programme aurait permis d’effectuer environ 450 arrestations. Par ailleurs, les officiels ont également indiqué n’avoir arrêté aucune personne ayant fait l’objet d’une fausse alerte.

Le taux d’erreur serait imputé à la mauvaise qualité des images récoltées et au fait que lors de la finale de Cardiff, il s’agissait du premier essai d’une ampleur aussi importante, ce qui expliquerait ce genre de défaillances. Enfin, la police a affirmé qu’en cas de nouvelles erreurs, une simple discussion entre les policiers et l’individu pourra être suffisante afin de dissiper le malentendu.

Sources : MashableMinute News